Céline Gauthier et Lucas Serol, « Enquêter, explorer, documenter : la création en recherche. Avant-propos »

Le contexte sanitaire ne permettant pas d’assurer les journées d’étude prévues par l’Atelier des doctorants au Centre national de la danse, nous avons décidé de maintenir cet événement scientifique sous la forme d’un atelier numérique.

        Si la dématérialisation à outrance des formes d’échange, de création et de transmission nous semble un écueil dangereux dans un contexte où sont inexorablement dévalorisés puis bradés les espaces où se pense le commun, ce nouveau format nous a néanmoins paru en adéquation avec les thématiques de cet Atelier. Puisqu’il s’agit d’interroger des modalités de recherche en création1, cette plateforme numérique permet d’inclure et de mettre en dialogue d’autres médiums que le texte, en donnant accès à des vidéos et enregistrements sonores soulignant le rôle que peuvent jouer des approches intermédiales pour construire et partager une recherche. Ce format offre également une temporalité plus étendue pour déplier cette réflexion, afin que les propos de chacun puissent se faire écho et se nourrir mutuellement. Durant les trois prochaines semaines, nous vous proposerons chaque jour une ou plusieurs contributions d’artistes, de chercheurs·euses, de doctorant·e·s, et de masterant·e·s, dont la diversité des parcours et des intérêts permettra de nourrir nos réflexions sur la création en recherche.

Artistes en recherche – la création à l’encontre du modèle académique ?

         Depuis quand – et pour quelle(s) raison(s) – le mot « recherche » est-il associé à « art » ou « création2 » ? Dans le prolongement des réflexions suscitées par le développement des formats de thèses-création, qui font du doctorat un espace officiel et académique pour documenter et analyser ses propres processus de création, nous souhaitions orienter notre questionnement plus largement vers les possibles transferts méthodologiques et conceptuels entre ces deux domaines. Rappelons cependant que l’articulation des pratiques dites « de recherche » et « de création » émerge dans le contexte particulier instauré par le processus de Bologne3, qui incite au rapprochement entre Universités et écoles d’art, à des fins politiques et économiques. Si ces rapprochements ont soulevé réticences et résistances4 – face à la mise en exergue du modèle universitaire comme norme des activités de recherche –, ils ont aussi suscité de nouvelles initiatives qui modèlent le paysage de la recherche en art tel que nous le connaissons aujourd’hui.

        Dès lors, comment la recherche « en création » s’intègre-t-elle dans le paysage de la recherche académique ? Ses adresses et sa portée sont-elles à appréhender au prisme des formats de recherches issus de la tradition universitaire, ou sont-elles propres au domaine de la création artistique ? À l’inverse, la « création5 » peut-elle occuper pleinement le domaine de la recherche et se dissocier des activités artistiques ? Il nous apparait nécessaire d’opérer ici une distinction entre les places occupées par l’artiste ou le chercheur – ce qui conditionne sa posture, le faisceau de références qu’il mobilise et les modalités de discours qu’il performe – et la diffraction de la notion de « recherche », tant chez les artistes que chez les chercheurs. Les démarches dites « de recherche », lorsqu’elles sont mobilisées par les danseurs, s’inscrivent aussi dans l’Histoire propre au champ chorégraphique, marquée par l’entrée progressive des artistes dans les formations universitaires – nourrissant leur pratique de nouveaux terrains de recherche –, mais témoignent aussi d’un désir de reconnaissance institutionnelle par l’emprunt de modes de discours ou de présentation de soi aux tropes académiques. Rappelons aussi que, dans le paysage chorégraphique français, l’usage de la notion de « recherche » semble émerger au tournant des années 19906, lorsque les danseurs s’engagent dans un processus d’exploration et de relecture critique de l’Histoire de leur discipline. En composant des danses à partir de sources, textuelles ou archivistiques, ils mobilisent des méthodes de documentation et de synthèse familières au chercheur. Ces danses, parce qu’elles mettent en œuvre la recherche de l’artiste pour interpréter et s’approprier le passé, s’appuient sur un travail d’enquête dont résultent de nouvelles formes de savoirs, une « tierce connaissance7 » par laquelle se distancier de la traditionnelle dichotomie entre théorie et pratique8. En témoignent les champs de réflexion ouverts par exemple par l’Analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé ou certaines pratiques somatiques, qui investissent des connaissances dites « scientifiques (anatomie, physiologie, sociologie, etc.) pour élaborer des outils d’élucidation9 et d’enrichissement de l’expérience des danseurs. Si ces disciplines ont une visée principalement pédagogique ou thérapeutique, elles deviennent aussi un terrain de création pour un nombre croissant de chorégraphes.

Démarches et anti-méthodes

        Les interrogations qui nourrissent cet atelier prennent acte de ce contexte et proposent de dépasser les ancrages catégoriels et identitaires – qui distingueraient artistes, chercheurs, et artistes-chercheurs –, pour s’intéresser plutôt à ce que suscite la friction entre ces deux notions. Si demeure prégnant le préjugé selon lequel l’association des pratiques de « recherche » et de « création » ne peut produire qu’une tension – la démarche de recherche conduisant à l’analyse et à la production de savoirs académiques, alors que la création ne viserait que la production d’une forme artistique –, nous choisissons de nous intéresser à la manière dont les danseurs envisagent certains processus de recherche comme inhérents au travail créatif. « [À] chaque instant de leur pratique, [ils] cherchent, ils sont en cherche des conditions d’émergence de la danse en question10 », souligne le danseur, chorégraphe et pédagogue Dominique Dupuy.

        Dans le cadre de cet atelier, nous proposons d’envisager activités artistiques et scientifiques comme « à la fois proches en termes de production, de création, d’expérimentation et différentes en termes de réception et d’interprétation11 ». Si la finalité de ces deux processus nous importera peu, c’est parce que nous souscrivons à l’hypothèse d’Edgar Morin, pour qui la méthode développée au cours de la recherche ne devient consciente qu’à son terme, désignant alors l’ampleur du cheminement parcouru12. L’approche méthodologique constitue pour ces raisons le fil conducteur de cet atelier, afin d’envisager les phénomènes et les mécanismes qui encouragent la circulation entre des activités appréhendées comme scientifiques et/ou artistiques, les concepts nourris de part et d’autre, les démarches communes et les expériences partagées. En préparant cette rencontre numérique, nous avons pu constater que certains champs ouverts par les recherches en danse – comme les études de genre – et certaines démarches mobilisées par les sciences humaines – telles que les pratiques d’entretien –, se sont avérés des points nodaux qui mettent en tension les ancrages épistémologiques des catégories de « recherche » et de « création », parce qu’elles ouvrent un espace dialogique et discursif qui interroge tant les modalités de travail que les situations et les milieux qui facilitent cette rencontre. En ce sens, la diversité des propositions reçues témoigne que ces interactions acceptent une pluralité d’acceptions et de pratiques.

Partager les savoirs – arts et sciences en quête d’une voie commune ?

        D’autre part, cette réflexion nous permet de faire retour, nous chercheurs, sur nos propres outils, et ainsi sur ce que nous considérons comme nos pratiques de recherche. Comment pouvons-nous nous inspirer, pour renouveler nos modes d’analyse, de la manière dont les artistes s’emparent des outils et des méthodes qui nous semblent constitutifs de nos champs disciplinaires ? Ce regard porté sur ces transferts méthodologiques permet d’envisager « une épistémologie du déplacement13 », une nécessaire plasticité pour se défaire de carcans perçus comme méthodologiques alors qu’ils se révèlent institutionnels, disciplinaires et académiques. Il s’agirait peut-être d’expérimenter d’autres logiques de pensée, et d’oser mettre en lumière, outiller et documenter les temps de latence et de transition entre les diverses temporalités et pratiques qui fondent une démarche de recherche ; tout en gardant saillante la difficulté d’appréhender cette dernière au prisme des savoirs qu’elles peuvent révéler ou susciter. En envisageant aussi la recherche comme une activité éminemment créative, nous pouvons alors repenser le(s) rôle(s) affectés à la posture du chercheur, la chronologie de ses processus de recherche14 et plus largement le décloisonnement des champs auxquels il s’attache, pour aborder la possibilité d’une mise en partage de ses pratiques.

        D’ailleurs, existe-t-il réellement une méthodologie et des outils propres à la recherche, et quels imaginaires les nourrissent ? Si les sciences exactes et expérimentales sont aisément appréhendées par l’imaginaire collectif en tant qu’elles prennent place dans un laboratoire autour d’expériences et de manipulations, pour les Sciences Humaines et Sociales en revanche le qualificatif même de « recherche » apparait parfois davantage problématique. Ces dernières disciplines recourent en effet à des pratiques qui n’apparaissent pas appartenir en propre aux méthodologies de recherche : les enquêtes de terrain ou les entretiens constituent moins des protocoles que des médiums d’exploration. Sans rejouer la traditionnelle dichotomie entre sciences « dures » et « molles », il s’agit de souligner combien ces interrogations ne sont pas concomitantes au développement des recherches en art, mais inhérentes plus largement à l’éthique de la recherche universitaire, tiraillée entre un désir d’expérimentations créatives et la quête de légitimité disciplinaire, en affirmant la rigueur et la scientificité de ses démarches. Le partage d’un ancrage lexical commun entre recherche et science – pensons par exemple à la polysémie du terme « expérience15 » – témoigne en cela d’une perspective commune : l’art et la science seraient selon Goodman deux manières de « faire des mondes16 » aux effets convergeant, puisque chaque découverte ou création, artistique comme scientifique, modifie notre vision du monde. Dès lors, quelles postures heuristiques résultent du travail d’artistes qui engagent un processus de création à partir des méthodes considérées comme issues de la recherche ? Les démarches réflexives qui affleurent dans des pratiques de danses « en recherche » ou « documentaires » n’auraient-elles pas aussi pour fonction d’interroger les imaginaires associés au processus créatif, afin de marquer la rupture esthétique et éthique avec le mythe de l’artiste inspiré ? Il s’agirait alors pour ces artistes de rendre problématique (donc identifiable et analysable17)l’énigme de la création artistique, renouant en cela avec l’étymologie d’un Art synonyme de science et de savoir.

Quelques fils directeurs

Recherches en pratique : se distancer des traditions universitaires

        Plusieurs contributions de cet atelier numérique cherchent à interroger les possibilités offertes par ces transferts notionnels ou méthodologiques, et mettent en avant des projets universitaires dans lesquels la création artistique s’intègre à un enseignement académique, qu’il s’agisse de programmes de workshops ou d’ateliers de recherche-création. Ces nouvelles structures qui émergent dans les universités soulignent les enjeux – tant politiques que scientifiques – qui sous-tendent la réalisation de tels ateliers : pour quelles raisons les universités cherchent-elles à inviter l’art et les artistes dans leurs formations, et quels moyens mettent-elles en œuvre pour proposer des formats qui concilient la diversité des pratiques universitaires et artistiques ? La finalité en serait-elle, tant pour les artistes que les étudiants et chercheurs, la possibilité « d’éprouver l’œuvre à partir d’un parcours d’artiste, ce qui constitue sans doute l’un des meilleurs chemins pour comprendre un travail et entretenir une relation plus concrète […] avec le fonctionnement de l’art, ses opérations, sa réalité, ses enjeux18 ». Ces témoignages permettent d’appréhender les dynamiques qui sous-tendent l’intégration des processus de création artistique au sein d’un parcours universitaire et les manières dont ils peuvent nourrir une réflexion scientifique partagée. Celle-ci a conduit certains contributeurs à s’interroger davantage sur les mythes qui entourent la recherche et cultivent une hiérarchie entre savoirs théoriques et savoirs pratiques. Plus largement, c’est par une réflexion sur les a priori qui divisent la recherche universitaire et la recherche artistique, et sur les tropes qui nourrissent ces discours que seront déconstruites ces catégories.

Posture(s) et points de vue : une éthique du miroitement

        Si la thématique que nous abordons exacerbe les enjeux relatifs à la mise en scène d’une posture d’artiste ou de chercheur, celle-ci se présente aussi comme un point de vue, charriant le registre et les imaginaires du regard, de la perception et de la perceptive. Parce que les artistes se font autant l’agent que le sujet de la réflexion, plusieurs contribution relatives à des projets de recherche-création interrogent l’élaboration d’un nouveau regard sur soi. Comment l’artiste-chercheur parvient-il à se prendre lui-même comme objet de sa recherche, à établir une distance réflexive vis-à-vis de sa propre pratique, à concilier objectivité et implication dans le processus scientifique et artistique ? Les contributeurs de cet atelier ont souvent orienté leur propos vers la notion d’autoréflexivité qui, loin de signaler la tentation d’un repli sur soi, permet l’invention d’un « outillage du regard19 », et ainsi la délimitation d’un cadrage qui assure non seulement une certaine objectivité au discours, mais produit également un savoir transmissible en-dehors de son contexte d’élaboration.

        Ce miroitement des modes de regard constitue alors la pratique chorégraphique comme nouveau lieu de réflexion. Plusieurs contributions soulignent combien la recherche scientifique influence le milieu artistique, de sorte que les créations chorégraphiques constituent de nouveaux supports pour la recherche. Ces jeux de résonances et d’échos semblent particulièrement féconds pour des projets qui s’inscrivent dans la lignée des études féministes, des études de genres ou des études post-coloniales. Ces champs de recherche nouvellement reconsidérés dans le milieu universitaire, parce qu’ils reposent sur la déconstruction de cadres institutionnels et sociétaux, s’accompagnent de l’émergence d’intérêts communs aux chercheurs et aux artistes qui nécessitent l’invention de nouvelles manières de chercher et de diffuser ces discours.

La recherche en tête-à-tête

         Les relations entre arts et recherches semblent faire émerger les conditions d’un dialogue ; au sens figuré – entre les champs disciplinaires – mais aussi au sens propre, sous la forme de véritables situations d’interlocution. À ce titre, et bien que leurs protocoles et leurs finalités diffèrent, les pratiques d’entretien constituent un outil partagé tant entre artistes qu’entre artistes et chercheurs, et sont l’occasion d’échanger paroles et discours sur et avec la danse. Par quelles approches somatiques la danse peut-elle enrichir la pratique de l’entretien et offrir à la recherche de nouvelles pistes, par exemple en offrant des outils pour cerner comment l’entretien affecte, touche et mobilise la corporéité du chercheur comme de l’artiste ? D’autre part, certaines propositions ont révélé combien la production de discours sur et avec la danse, performent une double adresse, dans une perspective tant scientifique qu’artistique.

         Bien évidemment, les différentes pistes de réflexion abordées dans cet avant-propos ne sont ni closes ni strictement autonomes, mais se recoupent au sein de chaque intervention, soulignant en cela l’épaisseur réflexive et discursive des relations entre recherche et création. Ce format numérique révèle d’ailleurs son intérêt en ce qu’il permet à chaque visiteur de cette plateforme de mettre en lien les différentes contributions pour traverser librement les différentes thématiques de cet atelier dans une logique transversale.

Pour citer cet article : Céline Gauthier et Lucas Serol, « Enquêter, explorer, documenter : la création en recherche. Avant-propos », 13/06/2020, in carnet de l'Atelier des doctorants en danse, Centre national de la danse, ISSN 2678-8292, https://docdanse.hypotheses.org/1134.
  1. Nous soulignons la préposition « en » pour désigner la polysémie de cette expression, qui désigne tour à tour des recherches qui se cherchent et des travaux qui envisagent l’intrication des perspectives et des adresses ouvertes par les champs de la recherche et de la création artistique. []
  2. Pierre-Damien Huyghes, Recherche en création, Colloque RESCAM, conférence plénière, Toulouse, 13 et 14 octobre 2016, cité in Philippe Guisgand, 2016, « Compte-rendu du colloque RESCAM », Programme DeAR.
    URL : http://www.pearltrees.com/philippe_guisgand/textes-appui-et-interventions/id20787787/item251652010, consulté le 12 juin 2020. []
  3. À ce sujet, voir Pierre Alferi, Dominique Figarella, Catherine Perret, Paul Sztulman, 2015, « Des scènes de recherche pour l’art vivant », Hermès, n° 72, « L’artiste, un chercheur pas comme les autres », p. 33-40.
    URL : http://hdl.handle.net/2042/58985 , consulté le 9 juin 2020.
    L’article analyse une volonté d’uniformisation, par laquelle la recherche en art devient synonyme de « projet », se pliant aux critères académiques, proches souvent des exigences universitaires. Le modèle universitaire apparaît ainsi a priori comme une contrainte imposée à des modes de production artistiques qui diffèrent de ces normes. []
  4. Sylvie Collier, 2015, « Recherche en art et doctorat », in José Quaresma et Fernando Rosa Dias (dir.), Recherche en art. L’oscillation des méthodes, Lisbonne, Edição do Centro de Filosofia — Faculdade de Letras da Universidade de Lisboa, p. 233. []
  5. Le terme « création » n’est employé au sens de création artistique qu’à partir de 1791, désignant auparavant toute forme de production, d’après le Centre national de ressources textuelles en ligne, entrée « création ».
    URL : https://www.cnrtl.fr/lexicographie/cr%C3%A9ation, consulté le 13 juin 2020. []
  6. Aurore Després, Philippe Le Moal, 2010, « Recherche en danse/Danse en recherche », in Jehanne Dautrey (dir.),  La Recherche en art(s), Paris, Éditions MF, pp. 83-131. []
  7. Ian Simms, 2015, « L’art, permetteur d’une tierce connaissance », Hermès, n° 72 « L’artiste, un chercheur pas comme les autres ».
    URL : http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/59003 , consulté le 4 juin 2020. []
  8. Susan Leigh Foster, 2013, « Dancing and Theorizing and Theorizing Dancing », in Gabriele Brandstetter et Gabriele Klein, Dance [and] Theory, Bielefeld, [transcript] Verlag, « Critical Dance Studies », pp. 19-32. []
  9. Aurore Després, Philippe Le Moal, 2010, « Recherche en danse/Danse en recherche », op. cit. []
  10. Dominique Dupuy, 2004, « Quant à la recherche », Rue Descartes, 2004/2, n° 44, pp. 106-110.
    URL : https://www.cairn.info/revue-rue-descartes-2004-2-page-106.htm, consulté le 12 juin 2020. []
  11. Betty Mercier-Lefévre, 2007, « Chercheurs et artistes : du trouble dans la place », Recherches en danse n° 6.
    URL :  http://journals.openedition.org/danse/1743, consulté le 13 juin 2020. []
  12. « La méthode ne peut se former que pendant la recherche ; elle peut se dégager et ne se formuler qu’après, au moment où le terme redevient un nouveau point de départ, cette fois doté de méthode ». Edgar Morin, 1977, La Méthode. I. La nature de la nature, Paris, Le Seuil, p. 21. []
  13. Philippe Guisgand, 2018, « Bilan du séminaire DeAR », Programme DeAR, URL :  http://www.pearltrees.com/philippe_guisgand/programme-dear/id20644387/item227299428#l176, consulté le 12 juin 2020. []
  14. Voir par exemple le programme du colloque « La Recherche en création et ses différentes temporalités», Université d’été européenne du Réseau création, arts et médias (RESCAM), Grenoble, 3 au 5 juin 2020.
    URL : https://calenda.org/736111?file=1, consulté le 12 juin 2020. []
  15. Voir notamment la réflexion portée par Dewey, in John Dewey, 2010, L’Art comme expérience, Jean-Pierre Cometti (dir. trad.), Paris, Folio. []
  16. Nelson Goodman, 2007, Manières de faire des mondes, trad. Marie-Dominique Popelard, Paris, Gallimard. []
  17. Gabriel Marcel, 1991, [1935], Être et avoir  Paris, Éditions universitaires, p. 71, cité in Philippe Guisgand, texte d’ouverture du séminaire DeAR, Programme DeAR.
    URL : http://www.pearltrees.com/philippe_guisgand/textes-appui-et-interventions/id20787787#l074, consulté le 12 juin 2020. []
  18. Mathilde Monnier, « Un détour par l’Université : à propos de la résidence “Déroutes chorégraphiques avec Mathilde Monnier” », entretien à paraître prochainement sur le site https://docdanse.hypotheses.org/ dans le cadre de cet atelier numérique. []
  19. Volmir Cordeiro, 2018, « Du marginal dans la figure dansée », in Julie De Bellis, Marion Fournier, Karine Montabord (dir.), Panorama du métier de danseur, Pantin, Centre national de la danse, service Recherche et Répertoires chorégraphiques.
    URL : https://docdanse.hypotheses.org/files/2018/05/atelier_2017_juin.pdf, consulté le 12 juin 2020. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.