Romain Bigé, « Devenir chercheuse-cobaye. La danse et les épistémologies situées »

La danse est un mauvais objet. Elle ne sait pas bien se tenir à distance. Tu as beau t’efforcer de la regarder en toute objectivité, la voilà qui te contamine de ses mouvementements. Elle constitue en ce sens un bon antidote à l’objectivisme et une bonne piste d’entrée dans les épistémologies situées développées dans le sillage des travaux de Donna J. Haraway et de Karen Barad. Qu’advient-il de la scientifique qui devient sa propre cobaye ? Quelles intra-actions entretissent la chercheuse et son objet, quand cet objet ne veut pas tenir sa place ? Cette conférence propose quelques allers-retours sur les pratiques de la recherche-en-danse et les épistémologies féministes contemporaines.

Le lundi 29 juin à 15h, l’Atelier des doctorants a organisé une conférence live avec Romain Bigé, suivie d’un temps d’échange avec le public.

Communication live enregistrée


Biographie

Ancien étudiant de l’École normale supérieure, agrégée et docteure en philosophie, Romain Bigé a écrit une thèse dédiée au Contact Improvisation (« Le partage du mouvement », Paris, ENS, 2017), ce qui l’a conduite au commissariat de deux expositions-performances itinérantes : Gestes du Contact Improvisation (Rennes, Musée de la danse, 2018) et Steve Paxton: Drafting Interior Techniques (Lisbonne, Culturgest, 2019). Iel est actuellement Professeure en Philosophie / Épistémologie de l’art à l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence.

Pour citer cet article : Romain Bigé, « Devenir chercheuse-cobaye. La danse et les épistémologies situées », 26/06/2020, in carnet de l'Atelier des doctorants en danse, Centre national de la danse, ISSN 2678-8292, https://docdanse.hypotheses.org/1174.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.