Volmir Cordeiro, « Qu’est-ce que c’est que cette sage et folle et extravagante nécessité de “ recherche-création ” ? »

Que penser de la recherche-création en tant que construction d’une relation approfondie entre les pratiques performatives et artistiques et les pratiques discursives-critiques ?

Pourquoi,
à chaque fois que j’entends la notion de « recherche-création »,
je me laisse envahir par une sensation de « permissivité poétique »
qui devient vite le combustible pour l’élaboration d’un programme de réflexion et d’action
qui met en suspens certaines rationalités pour en faire apparaître d’autres
qui seraient restées inconcevables et inacceptables
si ce terme n’avait pas traversé mon corps désireux de penser-écrire-agir ?

Comment se fait-il que j’associe la « recherche-création » à un type de programme
résistant et combatif,
à toute forme considérée, au premier abord, nécessairement valable et acceptable
et qui impose ses propres logiques comme les seuls possibles et permissibles
de faire de la Recherche ?

D’où vient cette angoisse,
souvent convertie en rage,
lorsque je me rends compte que c’est la recherche dite sérieuse, universitaire et légitime
d’être reconnue comme Recherche
qui se met à décortiquer, analyser et construire ce que peut être une « recherche-
création » ?

Est-ce que ce que j’appelle « recherche-création » est un outil favorisant la
compréhension de ma situation – d’où je parle, comment je travaille et par quels
moyens je me laisse affecter par mon travail – en tant qu’artiste chorégraphique ?

La « recherche-création » serait-elle ma petite école,
mon lieu autonome de formation,
mon post-doctorat qui serait avec moi depuis ma licence, me permettant d’approfondir
certains choix persistants
et jamais assez métabolisés tout au long de mon parcours d’artiste ?

Que faut-il faire pour différencier la recherche « tout court » de la « recherche-création »
si dans les deux cas
j’ai la place pour une étude documentaire de mon travail ou de celui d’un autre artiste
dont l’œuvre me passionne (ou pas !) ;
pour rassembler différentes œuvres chorégraphiques sous le prisme d’une notion que
je souhaite creuser, et à partir de laquelle je peux exposer mes sources littéraires,
historiques, filmiques, etc. ?

L’expression « recherche-création » elle-même pose-t-elle problème ?
Pourquoi s’expriment simultanément ce goût et cette indigestion pour la nomenclature ?

De quoi parle-t-on quand on parle de « recherche-création » ?

Est-ce qu’un artiste-chercheur est celui qui a comme tâche fondatrice de commencer
une recherche par la description des conditions et des cadres rendant son travail
possible ?

Comment l’artiste se charge-t-il pour faire de la recherche et de quoi se décharge-t-il
pour se dire « artiste-chercheur » ?

Quand je me décris en tant qu’artiste-chercheur, s’agit-il d’un rôle provisoire ?
Quelle en serait la durée ?
Quelles conduites performatives prend-il en compte ?

Si une certaine manière de faire de l’artiste contemporain se retrouve dans la
dissociation entre ce qu’il pense faire, ce qu’il fait et ce qu’il dit de ce qu’il fait –
si une certaine attitude devant la création met l’artiste face à une séparation entre la
pensée et la pratique, produisant une accablante impuissance d’action et développant
une insensibilité envers le monde –,
alors à quoi bon exister en tant qu’artiste-chercheur ?

Si je pense que la recherche « tout court » n’est rien d’autre que le cadre propice à
dégager
une grille de lecture du monde,
un terrain de possibles,
un laboratoire de propositions d’existences,
un lieu pour rêver/lutter,
cela veut-il dire que je suis un artiste et que je ne le savais pas ?

Quelle forme prend la « permissivité poétique » évoquée précédemment dans le
quotidien d’un artiste-chercheur ?
Est-ce qu’elle laisse entendre que dans une recherche-création l’artiste-chercheur aura
un champ de possibles plus vaste que dans d’autres formats de recherche ?
Est-ce que la « permissivité poétique » relève d’une coordination visible entre des
activités involontaires et des formes réalisables ?
Est-ce qu’un projet de recherche-création pourrait reposer sur la description des affects
vécus lors d’un trajet de pensée pratique ?
La page blanche en attente d’écriture est-elle une surface d’inscription, de projection et
de maladresse de la force persistante de ces affects ?

À l’inverse, la « permissivité poétique » est-elle plutôt un refuge pour les artistes en
sympathie avec la pensée et le lieu universitaire, et qui voient dans la recherche-création
une zone d’action et d’inaction, de prise de décision et de lâcher-prise de la pensée ?

Par quels moyens la recherche-création peut-elle être considérée comme une fabrique
de pensées où l’invisibilité devient
un champ et un critère
pour la mise en vue des événements considérés invalides et sans puissance discursive
lors d’une création ?
Pourquoi ne pas rendre reconnaissables ces événements dits « mineurs », en
permettant qu’ils soient réfléchis, partagés, et en remettant en question leur manque
d’importance ?

Jusqu’à quel point la recherche-création serait-elle marginale ? L’a-t-elle jamais été ?
Pourrait-on la penser comme « une minorité fait dans une langue majeure » ?
Savez-vous qui et quelle œuvre je cite entre ces guillemets ?
Qui décide de la légitimité de l’artiste-chercheur de citer Gilles Deleuze dans son
ouvrage Kafka, pour une littérature mineure ?
Quel est le devoir de citation dans une recherche-création ?
Quelle « passion de la découpe, de la sélection et de la combinaison » pour un artiste-
chercheur ? Et quelle audace de sa part de citer le travailleur de la citation Antoine
Compagnon, dans son ouvrage La seconde main ?!
Quelle responsabilité pour combien de guillemets ?

Par où passons nous quand nous disons que l’écriture universitaire – jugée acceptable,
valable et reconnaissable comme Recherche – invente son sujet, forge des associations
et des exemples qui seront analysés à partir de certaines idées,
et que cela implique forcément de renoncer à d’autres dimensions de ce sujet au profit
d’une découpe juste, limitée et précise constituant un cadre à ne pas dépasser,
et pour lequel l’usage de la citation sert à combler les arguments de validation?

Un grand poème fait-il une thèse ?

Une liste non exhaustive d’intentions devant une toute petite idée de recherche fait-elle une « recherche-création » ?

La recherche-création consiste-t-elle à revenir sur des choses concrètes déjà vécues
pour en faire une nouvelle connaissance ? Est-elle une manière d’atténuer les
frustrations d’un projet de création ? Est-elle plutôt une manière de jouer des pensées
et d’en faire un terrain de « lucidité-ludique » ?

Un récit des rêves que nous avons eus durant les nombreuses années de doctorat
permet-il de comprendre la recherche-création en tant que procédure consciente des
productions inconscientes ?

La recherche-création, quelle que soit sa forme, sera-t-elle toujours la manifestation
d’une procédure volontaire emportée par une production sauvage ?

Quand une recherche-création peut-elle « ensauvager » le milieu universitaire ?

Est-ce que la « permissivité poétique » est synonyme d’une recherche comme liberté ?

Que recouvrent les notions de concrétude, de mise en action, de réalisation, de mise en
acte qui semblent constituer la spécificité et la valeur de la recherche-création ?
Cette ambition de concrétude provient-elle d’une demande récurrente faite aux
artistes-chercheurs de présenter leur travail sous une forme scénique/performée lors
de leur soutenance ?

La recherche-création implique-t-elle une liberté d’invention de techniques d’écritures ?

Métaphore, analogie, fabulation, fiction-scientifique :
des fuites obligées pour ceux qui veulent esquiver la dureté académique et se faire
plaisir sur la « permissivité poétique » de « la recherche-création » ?

Quelle parole pourrait émerger de la relation qui se tisse
entre
l’observation sensible des faits corporels – situés au cœur du travail du danseur –
et
le jeu savant de la recherche qui commente, théorise et parle des œuvres et de leurs
problématiques associées ?

Est-ce toujours vrai que c’est la description qui rassemble la « recherche-création » et la
recherche scientifique ?
La description convient-elle à toute forme de recherche parce qu’elle nous permet
d’adhérer aux choses par les mots,
d’organiser la jungle de signes,
de préparer des transmissions, des équivalences, des pertinences, des résonances et des
ramifications en devenir ?

Comment, en danse, identifier la recherche manifestée ?

Faire une thèse en même temps que faire des œuvres chorégraphiques ?

La recherche-création est-elle capable d’interroger la danse, comme l’œuvre
chorégraphique interroge le sensible de ceux qui l’ont créée et de ceux qui la regardent ?

Quel risque prend la thèse-création lorsqu’elle s’empare de l’expérience d’un geste au
plateau ?
Comment peut-elle n’être jamais satisfaite et ne cesser d’ouvrir des horizons donnant à
chercher ?

Quand est-ce que la recherche devient la création d’une scène, d’une distance vis-à-vis
d’une œuvre chorégraphique permettant sa contemplation – un travail de
théorisation ?

Est-ce qu’écrire une thèse-création, c’est avant tout jouer d’une pragmatique où les
phrases sont des fables ?
Les notions sont des personnages ?
Les nœuds conceptuels sont des intrigues ?
Les registres littéraires se côtoient sur une page, cherchant leur pouvoir d’influence et
leur force de collision ?

Où la recherche-création agit-elle en faisant émerger des situations observables, des
concentrés de concrétude et des essais testant les images mentales plutôt théoriques
ou abstraites ?

Quelles raisons ou plutôt quelles é-motions pour un débat autour de la recherche-
création ?

« Corps-savant » ça vous parle ?

« Écriture incarnée » ça veut dire quelque chose ?

« Astuce sémantique-somatique-matérielle » ne veut rien dire ou j’essaye quand même ?

Quelle objectivité est possible pour une « recherche-création » fondée sur
l’objectivation des ressentis ?

Quels mécanismes permettent de se rendre compte du moment où le corps commence
à s’éloigner de l’écriture ? Ou quand les mots s’écrivent avec moins de charge affective,
en donnant moins à sentir mais plutôt à appartenir à un cadre référentiel ?

Comment préserver la rigueur de l’imagination, de la sensation et de l’imbrication de
temps et de parcours multiples et dissidents qui font de l’écriture un corps vivant ?

Un objet de recherche, qui le valide ? Qui peut juger qu’il s’agit d’un bon sujet, d’une
bonne méthode, d’une bonne preuve, d’un bon exemple ?

Est-il encore acceptable, le devoir d’établir un projet – plus de promesses que des actes
– pour une « recherche-création » ?
Quels style, format, modèle, situation, protocole, salle, temps, dispositif, agencement,
scène sont adaptés à une soutenance de thèse-création ?
Qui évalue une recherche-création, à travers quels principes et depuis quel locus social-
culturel-politique ?

Est-ce que pour une « recherche-création », il est indispensable de savoir faire des
phrases courtes, de maîtriser la syntaxe et la grammaire ainsi que de dompter le besoin
d’être « clair » et jamais « obscur » ?
Que se cache-t-il sous le signe de la clarté, du « ça ne veut rien dire » et du « là,
personne ne va te comprendre » ?
Quelle adéquation à quel lexique sous quel prisme dans quelle direction ?

Quelle place pour le déplacement d’un étranger vis-à-vis des valeurs de la langue
canonique dans laquelle il décide de faire sa demeure ?
Est-ce raisonnable de demander à un artiste d’où vient son « accent » universitaire ?
La recherche-création aura-t-elle plus de marge pour ne pas se rendre lisible,
appréhensible, logique, raisonnable ?

« Vouloir dire » – jusqu’où ?

Puisque j’ai ouvert ma thèse avec un manifeste – « Thèse-Mantra » , le lecteur a-t-il
tout de suite compris qu’il s’agissait d’une « recherche-création » ?

Comment la thèse accorde-t-elle une place au hasard, au n’importe quoi, à toutes les
zones troubles d’une création, sans qu’elle soit considérée comme une anomalie1 ?

Que faut-il pour trancher que la recherche-création n’a pas envie du privilège de la
parole du discours prioritairement théorique, distancié et réflexif ?

Quelle pratique d’artiste-chercheur permet de déterminer quand le fantôme du
discours savant-scientifique n’est pas en train de nous entraîner à effacer la localité de
nos expériences et la validité de leur récit ?
1. Est-ce que les notes en bas de page peuvent être lues comme des réactions du public ou de petits événements surprenants lors d’une représentation ; la toux par exemple ou des éternuements pendant un spectacle… ?

Hypothèse… ça vient d’où ?

Tes nombreuses activités artistiques te permettent-elles d’avancer sur ta thèse ?

Quelle attention aux mots a – ou n’a pas – un artiste-chercheur en début de recherche,
passionné par l’écriture, inscrit en thèse, en création avec une chorégraphe, en train de
créer sa propre pièce, en faisant des tournées,
bref,
en étant absorbé par un circuit d’ activités multiples et cherchant une forme
pour rendre ce circuit saisissable par son écriture ?

Est-ce qu’un jeu de masques entre lecteur, spectateur, critique et interprète suffit pour
diversifier les filtres de regards que peut avoir un artiste-chercheur et rendre pertinent
le partage de ces activités ?

Comment la recherche-création est-elle sollicitée en tant que manière d’épaissir le
regard de l’artiste sur son travail (et pas que !) et en même temps de l’émanciper de la
tentation de l’opinion, de l’avis facile, du « dire sans trop réfléchir » ?

Pour quelle densité du réel s’engage une « recherche-création » ?
De quelle idée ou concept s’échappe-t-elle ?
Avec quelle « vérité de la thèse » s’embrouille-t-elle ?
Quelle grâce, vitalité et jouissance pour quelle politique, complicité, combat avec son directeur de thèse et la situation-soutenance ?

Quelle célébration prévois-tu pour la fin de ta thèse ?

Tisser,
retisser,
relancer,
brancher,
multiplier,
faire des hybrides,
devenir : quel lexique pour ta recherche-création ?

Quand va-t-on arrêter avec cette idée d’« avancer sur une thèse » ?
N’est-ce pas vain d’avancer ?
Reculer peut-il finalement faire plaisir ?

Fouiller ?

Est-ce que tu crois avoir une position confortable dans le monde (de la recherche) ?

Jeu et joie : ça suffit pour une « recherche-création » ?

La phrase de Picasso « je ne cherche pas, je trouve » vous parle ?

Justificatif, explication,
explicitation, méthodologie,
conclusion, plan détaillé,
comité de suivi, mise en page :
de quel mot veux-tu te débarrasser en premier ?

Est-ce que la recherche-création est une nouvelle manière de présenter l’insertion des
artistes dans le marché des idées, des connaissances, des affects afin d’élargir
l’économie de leurs productions ?

Y a-t-il un projet avec la recherche-création de permettre aux artistes de devenir
« rapidement » des enseignants et peut-être affaiblir leur désir de scène, de plateau, de
théâtre, de public ?

Quelles sont les stratégies pour que la recherche-création soit le portrait de nos stress,
de nos plaisirs, de nos souffrances, de nos non-savoirs, ainsi que de nos idées non
maturées d’une incorporation des pensées soudaines et d’une rencontre avec sa propre
étrangeté ?

Interroger, questionner, problématiser,
débattre, fortifier, nourrir,
frotter, intensifier,
réfléchir,
creuser, construire,
co-construire, co-imaginer :
comment redonner de la substance radicale à ces verbes si puissant pour des actions à
venir ?

Si je vous dis que mon parcours universitaire a toujours été instruit par ma pratique
chorégraphique dans un studio – dans la rencontre avec le public sur scène, et que je me
vois intensément constitué par cette relation avec l’université – ça passe ou ça casse ?

Qu’est-ce que le confinement a fait à ta recherche ? Où en es-tu ?
Quelle différence entre l’isolement d’une bibliothèque et celui à domicile ?
D’ailleurs, où travailles-tu sur ta recherche ?
As-tu besoin d’une mise en scène pour te sentir vraiment au travail ?
Se sentir au travail, comment décrirais-tu cette sensation ?
Est-ce que le confinement a fait exploser ton rapport à certaines sources ?
Le silence, sans réponse, participe-t-il à ton idée de la recherche ?
Quelle place y a-t-il pour des sensations dites « déplacées » lors d’un séminaire dans ton
équipe doctorale ?

Peux-tu copier ces questions sur un nouveau document et continuer de rajouter des questions ?

Peux-tu dans un premier temps éviter toute réponse ?

Peut-on faire circuler cette liste de questions et l’adresser à une communauté élargie ?

Comment faire pour continuer d’actualiser
notre désir de douter,
de questionner,
de ne pas savoir,
de transformer nos affirmations dans d’autres questions et nos pensées en
terre d’accueil
pour de nouvelles questions ?

Ça vous dit ?


Biographie

Titulaire d’un doctorat en danse à l’université Paris 8, Volmir Cordeiro est danseur, chorégraphe et enseignant. Il intègre la formation « Essais » en 2011 (CNDC d’Angers) où il obtient un master en création. Parmi ses créations figure le triptyque Ciel, Inês et Rue, et sa plus récente pièce de groupe, Trottoir. Il est l’auteur d’Ex-corpo (2019, Pantin, Centre national de la danse), ouvrage consacré aux figures de la marginalité en danse contemporaine et à la notion d’artiste-chercheur.

Pour citer cet article : Volmir Cordeiro, « Qu’est-ce que c’est que cette sage et folle et extravagante nécessité de “ recherche-création ” ? », 19/06/2020, in carnet de l'Atelier des doctorants en danse, Centre national de la danse, ISSN 2678-8292, https://docdanse.hypotheses.org/1177.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.