Arnaud Blondel, « “ Un état pas si humain ”. Décentrer et se désapproprier le discours sur la recherche »

Mener une recherche en danse en adoptant les pratiques somatiques comme outil et les sensations comme terrain entraîne les chercheur·ses dans une zone particulière : le terrain de recherche se situant dans le sensible, la production de discours doit donc se faire, sur le modèle phénoménologique, sur les et à partir des sensations. À cela s’ajoute la nécessité de tenir deux caps simultanément : comment produire un discours sur une recherche tout autant pratique et théorique, qui ne trahisse ni l’un ni l’autre de ces registres ? La question essentielle de savoir comment rendre intelligible et accessible une expérience sensible dévoile finalement peu à peu l’un des enjeux inévitables de tout travail somatique : celui du discours et de la légitimité de parler depuis l’expérience kinesthésique.

L’endroit du discours sur la recherche

Ma recherche a pour thème l’exploration du devenir animal ; elle s’attache à déterminer comment renouveler et réinventer nos liens avec l’environnement et la nature1 en se reconnectant à sa part animale par le mouvement et les sensations. « Part animale » désigne ici une part de nous-mêmes commune avec tout ou une partie du vivant : ainsi, nous partageons la respiration cellulaire avec tout le vivant, mais d’autres processus plus spécifiques seront seulement communs à certaines fractions de ce vivant (système reproductif des mammifères, respiration par les poumons, etc.). Cette part ne renvoie donc pas ici à ce qui s’opposerait à notre humanité, mais plutôt aux fondements de ce qui la constitue2. Ce travail se situe à la croisée de la danse, de l’écologie et des pratiques somatiques (plus particulièrement le Body-Mind Centering3 (ou BMC). Le travail en studio consiste à explorer divers modes de devenirs animaux, inspirés ou non du BMC, mais toujours basés sur un travail sensible et expérientiel. Il s’inscrit donc dans le champ des recherches théorico-pratiques.

Avec ma partenaire Judit Dömötör – danseuse et chorégraphe – , nous tentons aujourd’hui de développer une démarche artistique empreinte d’écologie en s’inspirant des trois écologies de Félix Guattari : mentale, sociale et environnementale4. Nous accordons toute notre attention à déployer des projets qui mettent en réseau différent·es acteurs·rices (danseur·ses, chorégraphes, chercheur·ses en danse, etc.) mais nous cherchons également à inventer des protocoles artistiques permettant d’explorer les principes écologiques dans l’art chorégraphique (penser « les interrelations globales et locales », prendre en compte « différents aspects à différentes échelles5 »). C’est dans cette optique que nous avons imaginé un protocole de recherche intitulé « Ma recherche dans ton corps » dans lequel la parole sur un travail ne serait pas portée par celui ou celle qui le fait, mais par un·e autre. Le désir très clair de confronter notre matière de recherche à l’altérité d’un autre soma6 a été le moteur de cette expérimentation : le but était ici de produire un autre type de parole, à la fois libérée des contraintes sémantiques classiques (une parole qui fait sens) ainsi que de certaines attentes sociales inhérentes au travail de l’artiste (répondre par exemple aux exigences de certains acteurs du champ chorégraphique : financeurs et tutelles, lieux de diffusion, partenaires, etc.). Enfin, le dernier objectif était de produire une parole déliée de la parole propre à l’auteur·e du travail. Le protocole a consisté à transmettre ma recherche sur le devenir animal à Judit par des manipulations corporelles. Cette recherche s’articule en deux parties : une première consiste à analyser les traces et les formes du devenir animal dans trois écrits d’artistes s’inscrivant dans les champs de l’écologie et de la danse contemporaine7. La seconde s’attache à activer puis explorer diverses formes de devenir animal en studio ; pour y arriver, les savoirs et savoir-sentirs du BMC sont convoqués, complétés parfois d’expériences somatiques issues de mes propres recherches de danseur interprète. J’ai élaboré et transmis les manipulations à partir de quelques éléments présents dans ma recherche pratique : travail sur la mobilité de la colonne vertébrale et sur sa mémoire phylogénétique, travail d’une sensation holistique du soma, sollicitation des organes par un toucher qui active les tissus profonds, et enfin travail sur le schème de mouvement contraction-extension8 Ma partenaire avait pendant ses manipulations deux tâches précises : porter son attention sur ses sensations corporelles et parler de ou à partir des dites sensations. Nous nous sommes mis d’accord sur le fait qu’il n’était pas nécessaire qu’elle parle en permanence et qu’elle pouvait le faire dans la langue qu’elle désirait.

Le but de cette démarche est de croiser des pratiques de recherche théorique avec des pratiques de studio. Elle se situe à mi-chemin entre un processus de recherche chorégraphique fondé sur l’improvisation et la manipulation et la recherche académique. Elle instille des pratiques inspirées du studio à une recherche académique afin de redessiner les contours de cette dernière et possiblement produire de nouveaux savoirs et de nouvelles paroles, qui à leur tour pourront peut-être créer les possibilités de nouveaux discours.

Une co-création de discours : redécouvrir sa recherche par l’autre

Le texte qui suit est celui que Judit a prononcé en faisant l’expérience de ma recherche sur le devenir animal. Je crois important ici d’exposer une donnée essentielle au contexte de notre expérimentation : en effet, Judit connaissait déjà cette recherche avant notre expérimentation. Nous en parlons de temps en temps ensemble, et elle a déjà une vision relativement précise de ce que ce travail soulève. Je peux donc dire qu’elle y participe indirectement ; aussi, lui proposer d’expérimenter ma recherche à travers des manipulations n’a pas été un moyen de la lui faire découvrir mais plutôt de lui en révéler une nouvelle facette sensible et tactile, de l’incarner dans son soma d’une toute autre manière. Il importe donc de garder à l’esprit que cette expérience s’est déroulée sur un terrain préexistant, et ce qu’elle savait de ma recherche avant les manipulations a nécessairement influé sur ce qu’elle a senti et verbalisé pendant notre expérimentation.


Transcription de « Ma recherche dans ton corps »
ça pousse       je m’aplatis   je vais dans toutes les directions
ou bien par là
je suis fortement soignée
tire                                         en tire-bouchon
mixer              mixer mes jus, les jus                       mes fluides    c’est marrant
 
on s’dépêche             comme le vent                                  le vent chaud en été
                        tu me fais souffler                           te fais souffler aussi
qu’une caresse          qui me lie… nous lie             avec toi                     qui lie tout mon corps à toutes mes parties
je suis bougée                       suis touchée                         touchée un peu         un peu ou tellement
je tiens                       ma tête          s’envole                     comme un bébé
et le seul but
ringatózás9                du va-et-vient, des balancements                                     c’est ce qui m’entoure
dans l’environnement                                            qui me force à bouger un peu                    pas très sensiblement                                 toujours il s’passe quelque chose
le poumon                on reste avec l’air                            garder   regarder           de l’intérieur
 
c’est chaud       et     sécurisant                   comme une maison             entre les côtes et le ventre                                                       j’habite                      tes mains habitent aussi mon corps
mon plein de l’air avec mes côtes              avec mes côtes
la colonne                 tu me demandes          comment elle va
hmmm       ne crie pas !
Ahhh                          je vais et je viens                  voyage           je vois beaucoup de paysages sur les deux pôles de la sphère, de l’hémisphère                    l’hémisphère de mon corps                 ma tête et le bassin                          j’voyage avec la colonne entre les deux
une position bizarre                        je suis un autre être                        qui parle toujours la langue humaine                      dans une position très bizarre                   comme un insecte gigantesque
ça me fait un peu mal
 
mes mains                                                    libérée
hmmm            c’est l’ouverture                   vers l’inconnu                                              je suis vulnérable
la manipulation qui m’fait vibrer                                     ahhhh                        fait des aventures
des délibérations                 tu es très animé                               il y a une activité dans mon ventre                                                   mes pieds sont très légers, ils flottent, ils jouent dans l’air comme une balançoire
je suis une balançoire pour des enfants mais pas que
pour des aventuriers qui osent faire plein d’expériences                       avec la             chair de toutes sortes
 
basculer                    dans le lever du soleil                      entre deux montagnes                                à partir du plexus solaire
c’est très calme, à l’aube c’est très calme, très silencieux                                  comme si le temps n’existait pas                                                        tu es là mais tu ne croyais même pas que tu es là        tu ne sais pas ce que ça veut dire que tu es là       
 
tu pourrais pas être là plus que ça                                               en fait c’est l’existence
ce que tu peux sentir quand même quand ton coeur bat, quand t’as des sensations de corps
surtout si tu te sens en contact avec quelque chose                    ahh tu te sens léger, très léger
comme si tu devrais être comme ça, tu peux pas être d’une autre façon
en même temps il y a toutes les possibilités                                 infinies                                 mais le soleil est déjà au milieu de la terre                                  a atteint sa position la plus haute
mmh                                                                                                                                                 au-dessus
 
et ça c’est comme une boule très très très très complète, très dense
                        comprimée, ce soleil c’est mon milieu                                                                 ça pulse au-dessus de la terre et dans la terre                de partout partout
                                   il est vivant et en même temps il n’est pas vivant                                   on sait plus ce qui est vivant          il faut juste attendre
mais très sensiblement       attentivement
                                               c’est quand on s’aide, c’est quand on se supporte,                      tu es supportée quand tu supportes
quand tu quand tu comprends que tu es supporté par la terre, par quelqu’un d’autre tu peux supporter aussi                  c’est vraiment un échange
c’est pas que tu vas aller dans une direction                               c’est que tu               tu es en mouvement c’est l’essentiel                                                 que ça soit organique
à la structuration dans des boîtes dans des catégories
 
se rafraîchit se fléchit se réfléchit se rafraîchit
ahhhh            et on arrive
on revient      on revient à la base                         au coccyx                  parce que ça c’est c’est l’homme
c’est le lieu de la queue                   la queue de l’animal qu’on a plus  
mais quand même               c’est comme ça qu’on s’assoit         c’est très important
un jeu entre le bassin et la tête                  tout le temps tout le temps
donc si on est pas au courant                                            oooooh ça vole                     ça joue quand même
comme une bohóc10 comme une poupée                 un jeu d’enfant on joue
jeu d’homme                          je suis un jeu d’homme
un ???  l’être                          qui se bouge qui est bougé                        très souple                                       qui est très souple
je suis un peu infonctionnelle                                mais c’est très bien
mmh               comme ça pulse                   c’est la colonne       
c’est la colonne qui fait tout
et très ludique                      une sen-sa-tion
 
mmh               c’est bizarre de parler                     cette langue humaine                     toujours
 
ils sont égaux                        sont égales les parties                   
la colonne qui voyage                     navigue         m’avigue       me navigue
très éveillée réveillée                      ça pourrait même partir très très vite      très loin                        comme si ça devient un chemin                un chemin avec des petites pierres          
la colonne est un chemin de pierres                                 très loin
beaucoup d’espace              beaucoup d’air                                il n’y a pas de baille dehors
tout est possible
même quand immobile ça bouge beaucoup
??? d’insecte              ludique                      ça veut jouer
t’es pas là ?
c’est en contact                    avec ses environnements et avec les environnements
mmmh
très libre                   ahhhh            ça fait du bien
 
comme un oiseau
qui contient plusieurs choses à la fois                  plusieurs                   c’est plein d’entités
            y a tous nos ancêtres là-bas                                               dans la colonne
des reptiles   les poissons                          les mammifères
 
une balance              le off-balance
beaucoup chercher                          tout confondre

« Ma recherche dans ton corps » pourrait être défini comme une mutualisation de la parole : en manipulant une tierce personne, je la fais parler de mon travail. Dans le dispositif que nous avons testé, cette mutualisation (ma matière / sa parole) a finalement débouché sur une forme bien spécifique de dialogue. À mesure que Judit a exposé ce qu’elle ressentait et là où elle se trouvait emmenée, j’ai pu ajuster mes manipulations à son sentir. Le fait qu’un retour en temps réel soit donné sur les manipulations proposées permet au·à la manipulant·e d’opérer un choix : suivre une feuille de route indépendante de ce que l’autre est en train de traverser ou au contraire ouvrir un dialogue entre son toucher et les retours d’expérience qu’iel reçoit. Si l’instauration d’un tel dialogue semble évidente avec le recul, ce phénomène n’était pas intentionnel au premier abord. En fait, j’ai été surpris par le degré très fin de dialogue possible entre nous ainsi que par la façon dont il est né : la quantité et la qualité du toucher, la possibilité de cibler des parties du corps plus ou moins grandes ou profondes (toucher adressé aux organes ou à la peau, à la colonne vertébrale, aux muscles qui y sont attachés, etc.), les partitions possibles des pauses et changements de position ainsi que tout ce qu’offre encore le rôle de manipulant·e sont autant de paramètres avec lesquels les conditions d’un dialogue intercorporel s’instaurent. Intrigué, j’ai fait le choix d’explorer ce dialogue : j’ai tour à tour accompagné ses sensations ou les ai détournées pour tenter de les diriger ailleurs. Ainsi, un carnet de voyage oral s’est progressivement dessiné, et à mesure que Judit exprimait ses ressentis, j’ai pu participer pleinement à son voyage. Ce dialogue constant entre la personne qui manipule et celle qui est manipulée présente un autre avantage de taille : il m’a permis, en tant que manipulant, de (re)découvrir de nouveaux éléments jusqu’alors cachés ou oubliés de ma recherche. Par exemple, je me concentre actuellement sur des éléments anatomiques (les organes, la colonne vertébrale) et leurs ressentis somatiques. Par Judit, le rapport à la gravité a fait irruption dans notre dialogue de façon étonnante. Alors que je travaillais sur sa colonne vertébrale avec le concept de mémoire phylogénétique en tête, elle me parlait de gravité, de légèreté (« Mes pieds sont très légers, ils flottent, ils jouent dans l’air comme une balançoire », etc). Ces ressentis me rappellent aujourd’hui que ce travail sur la gravité a effectivement fait partie de ma recherche à ses débuts. Il s’était manifesté lors d’un travail sur la gravité et l’anti-gravité sur la base d’une vidéo d’un atelier de Bonnie Bainbridge Cohen11. À travers les verbalisations de Judit, j’ai ainsi pu redécouvrir ma recherche presque par coïncidence, et des éléments laissés de côté ont ainsi rejailli à la surface.

En manipulant, j’ai également été surpris d’une phrase prononcée par Judit :

« c’est bizarre de parler…               cette langue humaine…                              toujours ».

Cette réflexion met en lumière le paradoxe de travailler sur le devenir animal en le documentant par une parole, elle, bien humaine. Même si mon travail de recherche ne consiste pas à nier vainement notre humanité, il est indéniable que les états de devenirs animaux que je traverse (et que d’autres traversent aussi à l’occasion) ne sont pas nécessairement le lieu de la parole. On peut alors légitimement s’interroger sur la pertinence de l’emploi de cette parole dans cette expérimentation : ce devenir animal ne serait-il pas en-deçà ou au-delà de la langue ? Dès lors, ne serait-il pas plus judicieux de scinder le devenir animal et l’usage de la parole en deux temps différents ? Finalement, ce que Judit a mis en lumière ici est la difficulté de s’engager dans un processus de « désanthropocentrisation somatique », que je définirai comme l’acte de ne plus mettre uniquement l’humain au centre de son expérience de soi. En effet, le premier geste de décentrement que ce protocole permet est celui de déplacer l’acte de parole dans un devenir animal qui représente un état « plus-qu’humain », c’est-à-dire un état dépassant la condition humaine. Ce déplacement représentait l’un des buts de ce protocole depuis le début. La difficulté de documenter et de réfléchir12 sur ce qui est en train d’advenir en passant par la langue induit une tension qui peut devenir le lieu fécond de nouvelles productions linguistiques ou langagières : utiliser des onomatopées, inventer des mots ou naviguer entre plusieurs langues (quand cela est possible) sont autant de stratégies qui permettent de maintenir la parole au plus près de l’expérience vécue. Elles correspondent également aux traces d’une parole empreinte d’une autre subjectivité, plus évidente et assumée, une subjectivité propre au travail du sentir. Enfin, ces stratégies permettent de renouveler et d’actualiser au moins en partie la parole qui peut être produite autour d’une recherche, et contribuent ainsi à produire des matériaux inédits.

Sentir pour ne pas savoir

J’aurais pu prendre conscience de ce paradoxe seul face à ma recherche, mais peut-être bien plus tard, au détour d’une lecture ou d’une pensée. L’intérêt et la force de l’énonciation de Judit reposent justement sur le fait qu’elle ne semble pas émaner de la pensée, mais d’une sensation, d’un état qu’elle a ensuite qualifié de « pas si humain13 ». Cet énoncé présente la forme lapidaire et limpide des sensations qui paraissent faire sens d’« elles-mêmes » sur le moment, au détour d’un geste ou d’une expérience, aussi bref et évanescent que puisse être ce moment. Cette parole est riche d’associations poétiques, d’images et de concepts qui interrogent mon propre travail.

Porter son attention sur ses sensations fait partie de la palette d’outils que peuvent manier les artistes chorégraphiques en danse contemporaine14. L’attention à la sphère des sensations est un savoir-faire qui ouvre la porte à de nouvelles formes de savoir, moins formelles mais plus contextuelles, issues de l’expérience directe d’un geste, d’un état, d’une danse ou dans le cas présent d’une manipulation corporelle. Travailler sur le sentir est toujours une spéculation : si le point de départ est connu, on ne peut jamais savoir ce que le sujet de l’expérimentation (qu’iel soit un·e autre ou soi-même) sentira. Cette infinie variété des expériences sensibles a été parfaitement résumée par Deborah Hay lors d’un atelier : « The same experiment, totally different experience15 ». En faisant le choix de ce protocole, Judit et moi avons souhaité faire une place aux savoirs qui découlent des sensations, sans jamais perdre de vue leur caractère changeant et éphémère ; car ces savoirs nous informent bien plutôt sur un ici et maintenant que sur leurs causes directes. Les documenter par quelque médium que ce soit apparaît alors comme indispensable pour transformer ces sensations en matériaux de recherche, et tenter de retisser les liens entre ce qui a produit (ou du moins semble avoir produit) ces sensations et leur expression. Ainsi, documenter ce processus apparaît comme la seule voie possible pour maintenir la possibilité de son analyse.

Que nous apprennent alors ces protocoles sensibles ? Ils révèlent avant tout l’humilité indispensable à ces processus, nos sensations étant rarement reproductibles et jamais vérifiables. Ensuite, ils permettent de produire une parole détachée de la pensée : plutôt que d’être le fruit de réflexions pesées et mises en mots avec soin, la parole de Judit semble émaner d’un autre endroit de son soma.

L’enjeu écologique d’une distribution de la parole

Finalement, notre protocole constitue une tentative de distribution de la parole émanant d’une recherche. Les manipulations corporelles représentent un moyen de faire circuler des savoirs produits ; elles les confrontent à d’autres personnes qui peuvent ainsi faire retour sur ces matériaux transmis par contact. Parce que cette transmission de savoirs s’effectue sans passer par la verbalisation, ce dispositif transpose la parole du côté du·de la récepteur·rice et permet une redistribution de la parole, et donc des savoirs : chaque personne peut ainsi mettre dans l’espace commun ses sensations, ses images et ses interrogations liées à une pratique, ce qui aura pour effet d’agir comme un miroir verbal et somatique à la personne proposant sa recherche. Bien entendu, la façon dont chacun·e reçoit un travail dépend également de son état d’attention et de perception au moment de la pratique ainsi que de ses expériences somatiques passées. Ainsi, si ces expériences ont conduit à la constitution de savoirs somatiques16, ceux-ci ne manqueront pas d’être reconvoqués.

Cette démarche me semble relever de l’écologie, tout en faisant écho à la permaculture17. L’un des principes de cette pratique est que « chaque fonction importante est assurée par plusieurs éléments18 ». Cette pensée, inspirée de la notion d’écosystème introduite par le paradigme écologique, consiste à distribuer une fonction entre plusieurs éléments afin d’assurer la diversité et la résilience d’un système. Après notre séance de manipulation corporelle, j’ai réalisé que ce que nous venions de vivre avec Judit semblait finalement relever d’une approche quasi-permaculturelle de ma recherche : plutôt que de m’attribuer à moi seul la fonction de parler de mon travail, je lui ai offert l’occasion d’endosser ce rôle. Par ce glissement, je suis donc devenu à la fois acteur et spectateur de ma propre recherche, pendant qu’elle en devenait la porte-parole l’espace de quelques manipulations. Cette passation a permis de dévoiler de nouvelles perspectives, et a incontestablement fait avancer mes réflexions en réactivant certains éléments laissés de côté pendant le processus, ainsi qu’en pointant les zones d’ombres de mon travail. En effet, les aspects de ma recherche que j’ai moins explorés (par exemple les organes et le toucher profond) ont été ceux-là mêmes que j’ai eu le plus de mal à transmettre en manipulant. En plus de faire un bilan de ma recherche par une rencontre intercorporelle, j’ai pu expérimenter un lien direct entre mon savoir et la façon dont celui pouvait voyager vers d’autres soma. De plus, cette expérience confirme à mes yeux l’importance de considérer tout travail de recherche et de création comme un travail de groupe, contribuant ainsi à renforcer les pratiques d’intelligence collective face à des tendances souvent trompeuses d’individualisation de la recherche et de la création19. Enfin, mobiliser les savoirs et savoir-faire de danseur·ses permet de maintenir une recherche en état de création, c’est-à-dire une recherche qui porte aussi bien sur son corpus que sur ses méthodes, et qui mêle savoir-faire académiques et pratiques pour requestionner régulièrement ses directions et les différentes formes de savoirs (savoir-faire, savoir-sentir) qui y sont mobilisés.

Bien entendu, cette courte expérimentation ne manque pas de faire émerger de nouvelles interrogations. Dans le sillon d’une pensée des communs, jusqu’à quel point peut-on penser une recherche en danse de façon collective ? Est-il possible de répartir complètement l’auctorialité d’une recherche ou d’une œuvre chorégraphique entre plusieurs individus, et quels en seraient les résultats ? Plus concrètement, ce protocole a ouvert un champ de possibles qui mériterait d’être exploré plus en détail : parmi les pistes envisageables à ce stade, l’une d’entre elles consisterait à le reproduire sur des personnes n’ayant pas de connaissances ou d’expériences de ma recherche, afin de constater ce que ces manipulations peuvent produire chez elles. Cela me permettrait également de préciser et d’approfondir la façon dont il est possible de transmettre ces manipulations, ce qui pourrait alors ouvrir de nouvelles possibilités sur le terrain artistique. Quelle place leur donner dans un processus de création ? Qu’est-il possible de transmettre d’un processus artistique et/ou de recherche par des manipulations corporelles ? Quelle(s) corporéité(s) pourraient-elles faire naître ?


Biographie

Danseur interprète, chorégraphe en devenir et chercheur en danse, Arnaud Blondel mène une recherche théorique et pratique sur le devenir animal au master Danse de l’université Paris 8. À la croisée de la danse contemporaine, de l’écologie et des Somatiques (BMC), il explore comment la danse et un travail sur les sensations peuvent être le creuset d’un rapport renouvelé à la nature et l’environnement.

Pour citer cet article : Arnaud Blondel, « “ Un état pas si humain ”. Décentrer et se désapproprier le discours sur la recherche », 01/07/2020, in carnet de l'Atelier des doctorants en danse, Centre national de la danse, ISSN 2678-8292, https://docdanse.hypotheses.org/1189.
  1. Dans les pas de Virginie Maris, je conserverai ici le mot « nature » bien qu’il s’agisse d’un concept discutable, pur produit de la pensée occidentale. Virginie Maris, 2018, La part sauvage du monde : penser la nature dans l’Anthropocène, Paris, Seuil. []
  2. Voir à ce sujet l’exemple de la respiration dans Joanne Clavel, Marine Legrand, 2019, « Respirations communes : les pratiques somatiques comme créativités environnementales », in Marie Bardet, Joanne Clavel et Isabelle Ginot (dir.), 2019, Écosomatiques : penser l’écologie depuis le geste, Montpellier, Deuxième époque, pp. 23‑46. []
  3. Fondée par Bonnie Bainbridge Cohen, le Body-Mind Centering est une pratique somatique centrée sur l’exploration du corps, du mouvement et du geste. Cette pratique propose une exploration du soma qu’elle détaille en plusieurs systèmes (système osseux, système musculaire, système endocrinien, système des fluides, etc.) par la pratique de l’embodiment, ou incorporation. Voir Bonnie Bainbridge Cohen, 2002, Sentir, ressentir et agir : L’anatomie expérimentale du body-mind centering, Bruxelles, Contredanse.) []
  4. Félix Guattari, 2008,  Les Trois écologies, Paris, Galilée, « L’Espace critique », p. 72. []
  5. Marie Bardet, Joanne Clavel et Isabelle Ginot (dir.), 2019,  op. cit. , p. 17. []
  6. Soma fait ici référence au corps tel qu’il est vécu et ressenti. Il a donné son nom aux pratiques somatiques dont le Body-Mind Centering fait partie. Thomas Hanna, 1995, « What is somatics ? », in Bone, Breath and Gesture, Berkeley, North Atlantic Books. []
  7. Alison East, 2011, Teaching dance as if the world matters: eco-choreography ; a design for teaching dance-making in the 21st century, Saarbrücken, Germany, LAP Lambert Academic Publishing. Andrea Olsen, 2002, Body and earth: an experiential guide, Hanover, NH, Middlebury College Press, University Press of New England. Interdisciplinary Laboratory for Art Nature Dance, 2017, A field guide to ilanding: research scores for urban ecologies, Brooklyn, NY, 53rd State Press. []
  8. B. B. Cohen a identifié plusieurs schémas de mouvements fondamentaux à la base du mouvement (humain et animal), dont le double mouvement de contraction-extension fait partie. Le BMC travaille avec ce mouvement sur plusieurs plans, du niveau cellulaire jusqu’à des coordinations complexes. Bonnie Bainbridge Cohen, 2002, Sentir, ressentir et agir : L’anatomie expérimentale du body-mind centering, Bruxelles, Contredanse. []
  9. Bercement”, nous traduisons. []
  10. “Clown”, nous traduisons. []
  11. Florence Corin, 2006, « Atelier avec Bonnie Bainbridge Cohen », Contredanse. []
  12. Compris ici au sens étymologique de se pencher à nouveau – re-fléchir – sur le phénomène lui-même. []
  13. Judit a formulé ceci après notre expérience. []
  14. Isabelle Ginot, 2013, « Douceurs somatiques », Repères, cahier de danse, vol. 32 / 2,, p. 21. []
  15. “La même expérimentation, une expérience totalement différente”, nous traduisons. Phrase issue de l’atelier “Nous re-chorégraphier” que la chorégraphe a donné au CN D dans le cadre du festival Camping en 2017. Source : carnet de notes personnel. []
  16. Isabelle Ginot, 2014, Penser les somatiques avec Feldenkrais: politiques et esthétiques d’une pratique corporelle, Lavérune, Éd. l’Entretemps. []
  17. La permaculture, mot formé de l’anglais « permanent agriculture », est une pratique qui vise à former des écosystèmes tout en prenant en compte leurs dimensions nourricière, sociale, écologique, économique et sanitaire. En partant des liens existants dans la nature, la permaculture cherche à créer des « écosystèmes cultivés » et donc à orchestrer la complémentarité et la richesse du vivant pour une grande variété d’objectifs : produire des denrées alimentaires saines et respectueuses de l’environnement, réimplanter de la biodiversité sur un territoire, etc. David Holmgren, Agnès El Kaïm, Yves Cochet, 2017, Permaculture: principes et pistes d’action pour un mode de vie soutenable, “L’écopoche”, Paris, Rue de l’échiquier. []
  18. Ibidem, p. 21. []
  19. Howard Saul Becker, 2010, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.