Sophie Kissel, « Voir, toucher et dire la musique : pour une construction de méthodologie d’un accordage des sentirs »

Il s’agit, dans cette tentative d’accordage entre le son et le geste, d’ouvrir un espace de méthodologie et faire naître un milieu de culture des sens touchés par ma vision de la musique. Pour cela, je tente de construire des échauffements perceptifs et analytiques permettant de stimuler un dialogue constant, sensible et conceptuel, entre l’observation et l’analyse du geste, à travers les grilles de lectures du geste Laban/Bartenieff et les gammes de mouvement, l’analyse théorique d’une partition musicale (La Passacaille de l’Ange gardien, tirée des Sonates du Rosaire de HIF. Biber, 1644-1704), et mon propre sentir synesthésique, voyant et touché par la musique.

Communication enregistrée

 

 


Biographie

Après avoir découvert la danse baroque, classique et contemporaine, se perfectionnant à Milan et Paris, Sophie Kissel collabore avec l’ensemble de musique baroque Arparla, dirigé par Davide Monti, en tant que danseuse et chorégraphe. Parallèlement à ses pratiques de yoga Kundalini (enseignante), elle poursuit sa formation et ses recherches qui associent pratiques somatiques et composition instantanée au département danse de Paris 8 (master 2, sous la direction d’Isabelle Ginot).

Pour citer cet article : Sophie Kissel, « Voir, toucher et dire la musique : pour une construction de méthodologie d’un accordage des sentirs », 22/06/2020, in carnet de l'Atelier des doctorants en danse, Centre national de la danse, ISSN 2678-8292, https://docdanse.hypotheses.org/1192.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.