Le comité

Comité 2018

Marion Fournier, doctorante en arts à l’université de Lorraine, en codirection avec l’Universität Leipzig,
Oriane Maubert, doctorante en arts du spectacle à l’université Montpellier 3 Paul-Valéry,
Karine Montabord, doctorante en histoire de l’art à l’université Grenoble-Alpes.

Marion Fournier est doctorante en troisième année sous la codirection des Professeurs 
Roland Huesca (département des arts à l’université de Lorraine) et Inge Baxmann 
(Institut für Theaterwissenschaft à l’Universität Leipzig). Elle effectue un séjour de recherche
 en Allemagne à Wuppertal grâce à l’obtention d’une bourse du DAAD (Office allemand d’échanges universitaires) d’octobre 2018 à juillet 2019. Après un Bachelor of Arts en études franco-allemandes et un master en arts et industries culturelles, elle obtient un contrat doctoral fléché de l’UFA (Université franco-allemande) en 2016 et intitule sa thèse « Le Tanztheater Wuppertal Pina Bausch : vers une géoesthétique de la réception. (France-Allemagne, de 1974 à nos jours) ».

Oriane Maubert est doctorante à l’université Montpellier 3 Paul-Valéry au sein du laboratoire RIRRA21 et prépare une thèse intitulée « La Marionnette danse. Ré-activer le geste sur la scène contemporaine » sous la direction de Didier Plassard. Son parcours oscille entre cursus universitaire et pratique artistique (théâtre, mise en scène, danse). Après des études en hypokhâgne/khâgne, elle s’oriente en double cursus Lettres modernes et Études théâtrales à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, puis concentre ses recherches de master sur la pratique artistique du marionnettiste Neville Tranter, interrogeant sa position d’acteur. Elle est chargée de cours pour les universités Paris 3 Sorbonne Nouvelle et Paris 8 Saint-Denis et membre du comité éditorial de Manip, Journal de la Marionnette édité par THEMAA. Elle coordonne avec d’autres doctorants et jeunes docteurs le groupe international PhD in Puppetry. Ses recherches ont été soutenues par l’Institut international de la Marionnette et l’association des Chercheurs en danse (aide aux chercheurs 2016).

Karine Montabord est doctorante en Histoire de l’art à l’université Grenoble Alpes sous la direction d’Alain Bonnet et de Judith Delfiner. Ses recherches portent sur la place et le rôle accordé à la danse dans le mouvement Dada. Il s’agit également d’étudier comment la présence de danseur.euse.s et chorégraphes dans les cercles d’artistes a pu influencer la production artistique des dadaïstes. De sa pratique de la musique et de danse naît un intérêt pour les sujets interdisciplinaires. Elle poursuit sa licence en Histoire de l’art par un master dans la même discipline qui se concrétise par un mémoire intitulé « Forme Rythme et Espace : L’œuvre de Sophie Taeuber-Arp éclairée par sa pratique de la danse ». Intéressée par la médiation, elle complète ses compétences en recherche par un master professionnel et devient guide conférencière. Elle exerce cette activité au sein de l’association culturelle La Veduta Grenoble depuis 2015.