Le comité

Comité 2019

Céline Gauthier, doctorante en danse à l’université Côte d’Azur,
Lucas Serol, doctorant en littérature comparée à l’université de Strasbourg.

Comité 2018

Marion Fournier, doctorante en arts à l’université de Lorraine, en codirection avec l’Universität Leipzig,
Oriane Maubert, doctorante en arts du spectacle à l’université Montpellier 3 Paul-Valéry,
Karine Montabord, doctorante en histoire de l’art à l’université de Bourgogne.

Comité 2019

Céline Gauthier est doctorante contractuelle chargée d’enseignement à l’université Côte d’Azur. Elle a suivi une double formation en littérature et en danse, en classe préparatoire aux grandes écoles, et à l’université Paris 8. Elle a soutenu en 2016 un mémoire de master à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), département arts et langages, sur la poétique des autobiographies de danseuses de la Belle Époque. Sa recherche, dirigée par Marina Nordera, s’intéresse aux pratiques d’écritures des danseurs et chorégraphes contemporains, à travers l’étude d’un corpus d’ouvrages publiés au cours des vingt dernières années. Intitulée « (D)écrire l’expérience du geste – poétiques et pratiques des écrits de danseurs », elle s’interroge sur les modalités de la prise de parole des danseurs par l’écriture et sur les enjeux de ces discours qui témoignent des expériences propres au métier de danseur.

Lucas Serol est doctorant en littérature comparée sous la direction de Guy Ducrey, à l’université de Strasbourg où il est également chargé de cours. Il a obtenu en 2017 l’agrégation de lettres modernes, après un master de recherche en littérature comparée à l’École normale supérieure de Lyon portant sur la danse chez Paul Valéry (2015), puis sur les phénomènes de convergence et complémentarité entre danse et écriture (2016). Il travaille actuellement sur sa thèse « Les écritures de la danse moderne au début du XXe siècle : récits de danseurs et danse en littérature » avec un corpus mêlant des auteurs littéraires et des danseurs ayant pris la plume, originaires de France, Allemagne, Russie, et États-Unis.


Comité 2018

Marion Fournier est doctorante sous la direction de Roland Huesca (département des arts à l’université de Lorraine) et la supervision d’Inge Baxmann (Institut für Theaterwissenschaft à l’Universität Leipzig). Elle effectue un séjour de recherche en Allemagne à Wuppertal grâce à l’obtention d’une bourse du DAAD pendant l’année 2018-2019. Après un Bachelor of Arts en études franco-allemandes et un master en arts et industries culturelles, elle obtient un contrat doctoral de l’UFA (Université franco-allemande) en 2016. Dans le cadre de sa thèse, elle construit une géoesthétique de la réception à partir du Tanztheater Wuppertal Pina Bausch en France et en Allemagne, de 1974 à nos jours.

Oriane Maubert est doctorante à l’université Montpellier 3 Paul-Valéry au sein du laboratoire RIRRA21 et prépare une thèse intitulée « La Marionnette danse. Ré-activer le geste sur la scène contemporaine » sous la direction de Didier Plassard. Son parcours oscille entre cursus universitaire et pratique artistique (théâtre, mise en scène, danse). Après des études en hypokhâgne/khâgne, elle s’oriente en double cursus lettres modernes et études théâtrales à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, puis concentre ses recherches de master sur la pratique artistique du marionnettiste Neville Tranter, interrogeant sa position d’acteur. Elle est chargée de cours pour les universités Paris 3 Sorbonne Nouvelle et Paris 8 Saint-Denis et membre du comité éditorial de Manip, Journal de la Marionnette édité par THEMAA. Elle coordonne avec d’autres doctorants et jeunes docteurs le groupe international PhD in Puppetry. Ses recherches ont été soutenues par l’Institut international de la Marionnette et l’association des Chercheurs en danse (aide aux chercheurs 2016).

Karine Montabord est doctorante en histoire de l’art à l’université de Bourgogne sous la direction d’Alain Bonnet et de Judith Delfiner. Ses recherches portent sur la place et le rôle accordé à la danse dans le mouvement Dada. Il s’agit également d’étudier comment la présence de danseur·euse·s et chorégraphes dans les cercles d’artistes a pu influencer la production artistique des dadaïstes. De sa pratique de la musique et de la danse naît un intérêt pour les sujets interdisciplinaires. Elle poursuit sa licence en histoire de l’art par un master dans la même discipline qui se concrétise par un mémoire intitulé « Forme Rythme et Espace : L’œuvre de Sophie Taeuber-Arp éclairée par sa pratique de la danse ». Intéressée par la médiation, elle complète ses compétences en recherche par un master professionnel et devient guide conférencière.