Marion Sage, « Sur les traces d’un cheval en résille. Enquêter, monter et fictionner à plusieurs voix »

Ce montage sonore part d’une histoire que je me remémore.
C’est le souvenir de l’enquête menée sur les traces de la danseuse, cabarettiste, humoriste Julia Marcus (1905-2002). Cette recherche a commencé en 2010 à Berlin et s’est prolongée sous la forme d’une thèse en danse écrite entre Lille et Paris jusqu’en 2017.

Devant moi, pendant l’enregistrement, il y a quelques traces, des bouts d’archives sélectionnés. C’est à partir d’eux que je me souviens de la rencontre avec cette femme, simplement, comme on parle d’un grand-parent.
En convoquant sa voix par la lecture de témoignages écrits.
Et puis, il y a ces lieux, ceux qu’elle a habité, avec leurs histoires multiples.
Et les personnes qui l’ont connue, avec qui j’ai pu fouiller.
Les chants d’autres femmes fréquentant les mêmes cabarets.
Enfin, une discussion à bâtons rompus autour de photographies du solo Le cheval de Fiacre que Julia Marcus danse à Paris entre 1939 et 1941.

J’aime bien les hésitations et les langueurs qui se glissent dans la parole du souvenir.
Les éléments sont évoqués dans un ordre qui nous surprend.
La parole du souvenir renvoie à une certaine créativité de la mémoire.
Cette parole semble déjouer les cohérences articulées d’un discours mûri.
Et puis, le temps du montage suit.
Comment le montage continue-t-il à refuser la volonté d’un tout cohérent ? Comment le travail de coupes et collages livre-t-il des informations en renonçant à une certaine logique d’énonciation des faits ?
La manière de composer le récit oral permet-elle de faire ressortir une méthodologie sans que celle-ci soit clairement explicitée ?

Crédits

Composition : Marion Sage avec les échanges et le mixage d’Anne Lepère
Chansons / archives sonores par ordre d’apparition :
Blood de Annette Peacock ;
La chasse à l’enfant de Marianne Oswald ;
O Solitude – Birds on a wire de Rosemary Standley et Dom la Nena ;
Les bruits de la nuit de Marianne Oswald ;
Jean-Louis Barrault mime « le cheval », archives INA ;
La fourmi de Juliette Gréco.

Archives autour de Julia Marcus par ordre d’apparition :
« Wer langsam isst, denkt auch langsam, l’histoire vécue par Julia Marcus », entretien de Julia Marcus par Sabine Seifert, première diffusion le 3 juin 2001, 55 minutes, WDR 3 ;
Julia Marcus, « Entre Chateaubriand et Desnos, voici comment j’ai appris le français », Paris-Gambetta, 1988, envoyé au comédien Michel Arbatz à la fin des années quatre-vingt ;
Photographie du banquet des prestidigitateurs (sans date) (© Fonds de la Maison Chateaubriand) ;
Photographie du cours de gymnastique de Lydie Plekhanov, 1931 (© Fonds de la Maison Chateaubriand) ;
Trois photographies du solo Le Cheval de fiacre : un collage photographique publié dans Paris-Toujours à l’occasion d’une représentation de Julia Marcus le jeudi 6 novembre au Salon d’automne, novembre 1941 (© Deutsches Tanzarchiv Köln) ; la photographie avec le bonnet de cuir et le poing en avant, sans nom de photographe ni de journal (© Deutsches Tanzarchiv Köln) ; la photographie dans la posture de l’arche en arrière, sans nom de photographe publiée dans Jeune Force, 15 février 1944.

Ces archives ont été analysées dans ma thèse de doctorat : Marion Sage, 2017, « Danses modernes d’Allemagne à Paris : critiques de danses et danses critiques dans la France des années 30 », sous la direction d’Anne Boissière (université de Lille) et Isabelle Launay (université Paris 8).


Biographie

Après une thèse consacrée à l’exil français de danseurs et danseuses engagé·e·s « à gauche », Marion Sage enseigne audépartement Danse et performance de l’université de Lille. En parallèle de sa recherche universitaire, elle suit la formation chorégraphique à l’Abbaye de Royaumont sur le thème de la « citation en danse », mène des recherches sur le geste et la voix au Vivat d’Armentières, et monte sa première pièce Grand tétras. Elle travaille également comme performer ou accompagnatrice au projet avec d’autres artistes comme Lara Barsacq, Thibaud Le Maguer, Liaam Iman, Gabriel Beck, ou Danya Hammoud.

Pour citer cet article : Marion Sage, « Sur les traces d’un cheval en résille. Enquêter, monter et fictionner à plusieurs voix », 02/07/2020, in carnet de l'Atelier des doctorants en danse, Centre national de la danse, ISSN 2678-8292, https://docdanse.hypotheses.org/1773.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search