Paola Braga et Claire Buisson, « Expériences et parcours après la thèse : échange autour des possibles imaginables »

Claire Buisson et Paola Braga ont chacune suivi un parcours de chercheuse après leur une thèse, et toutes deux étaient en poste au Centre national de la danse (CND) au moment de l’atelier. L’invitation portait sur la manière dont leur parcours de chercheuse nourrit leurs métiers au sein du CND.

Je suis Claire Buisson. Depuis ma thèse, j’ai occupée différentes positions professionnelles : Maîtresse de conférences (MCF) en Danse à l’Université de Lille 3, chorégraphe, chargée d’éducation artistique et culturelle au CND1. Je travaille actuellement comme indépendante.
Je suis Paola Braga. Je suis brésilienne et j’ai été enseignante à l’Université Fédérale Fluminense dans le programme de master en Études contemporaines des arts et à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro auprès des étudiants de la licence danse. J’occupe actuellement le poste de conseillère à la programmation pédagogique au CND.
Lors de la préparation de notre entretien, des points communs sont apparus : l’idée de parcours, de multi-géographies, de s’inventer ainsi que la question du choix. Nous avons choisi d’organiser le récit de nos parcours en trois points chronologiques et conceptuels.

I. Présentation de notre parcours doctoral

Paola Braga – J’aimerais considérer la thèse plutôt comme l’aboutissement d’un long parcours qui englobe plusieurs étapes de vie. Étant brésilienne, ce parcours a débuté dans un contexte très différent de celui des chercheurs et danseurs français. Au Brésil, en raison de la situation économique et du peu d’importance accordée aux arts en général, les danseurs et professionnels du milieu artistique doivent être polyvalents et avoir une activité diversifiée. Fréquemment, les chorégraphes et les danseurs enseignent, les professeurs de danse travaillent en tant que répétiteurs, les chercheurs ont des emplois alimentaires à côté de leur travail de recherche. Entre autres choses, j’ai donc dansé, enseigné la danse classique, exercé les fonctions de répétitrice, productrice, et directrice au sein d’une compagnie de danse contemporaine, et mené des recherches non-académiques, ainsi qu’académiques – j’ai souvent exercé plusieurs de ces fonctions en même temps pour arriver à construire une vie dans le domaine de l’art. Ce parcours de vie très irrégulier m’a été nécessaire pour vivre et pour évoluer dans le milieu de la danse.

À un moment donné, avec le début de la formalisation de l’enseignement de danse au Brésil, il m’a semblé nécessaire de suivre la formation de professeur de danse, qui se déroule à l’Université et prend la forme d’une licence en danse. Paradoxalement, cette licence est venue en aval d’une carrière déjà longue d’enseignante de danse classique, mais elle a été ma première expérience dans le milieu académique. Ensuite, j’ai suivi une formation de troisième cycle, où je me suis spécialisée en recherche chorégraphique dans le domaine de la danse contemporaine.

Je suis venue en France pour avancer dans mon parcours académique entamé au Brésil, et j’ai suivi un master et un doctorat sous la direction d’Isabelle Launay au département Danse de l’Université Paris 8. Si le sujet de mon master est directement lié à ma pratique antérieure en tant que répétitrice et s’intéresse spécifiquement au travail du répétiteur de danse contemporaine, la thèse au contraire est issue d’une recherche théorique fondée sur l’analyse d’œuvres chorégraphiques. Elle a pour sujet la représentation des corps des danseurs dans les œuvres biographiques2, et son enjeu était de comprendre comment la représentation du corps dansant traverse les différentes lectures et écritures dans le temps et ce que l’on trouve de ce corps et de sa danse dans les œuvres chorégraphiques.
Le processus de thèse s’est construit comme un patchwork, constitué d’une imbrication d’expériences et de connaissances collectées tout au long de ma vie et du résultat de mes recherches théoriques. Aussi, ma recherche s’apparentait à un processus de création, dans le sens où je travaillais avec des sujets inédits et j’ai dû inventer des outils qui m’aideraient dans la recherche et l’écriture de la thèse. C’est-à-dire qu’expérience, inventivité et création étaient au centre de ce processus.

Claire Buisson – Avant de faire une thèse en danse, j’ai fait une maitrise en sociologie de la communication pour laquelle mon mémoire portait sur la danse comme une forme de communication non verbale à partir des outils d’Erwing Goffman. J’ai poursuivi par un master en anthropologie de la danse en Angleterre durant lequel je me suis intéressée essentiellement à l’approche ethnographique performative (courant anthropologique de la fin des années 1970-80), et à ses principes méthodologiques. Cette année de master en Angleterre en 2006, immergée dans une littérature anglo-saxonne, où l’articulation entre théorie et pratique en danse à l’université était alors déjà bien avancée, et associée aux outils ethnographiques, m’a amenée à faire une thèse théorie et pratique, au sein de l’équipe danse de l’université de Nice, sous la direction de Marina Nordera3.

Ma thèse porte sur les environnements chorégraphiques immersifs au travers desquels j’interroge les cadres, de la perception, de l’espace, de l’espace scénique et les manières d’effacer les contours. J’interroge aussi l’expérience perceptive du spectateur en danse. La thèse développe à la fois une approche historique de l’espace scénographique, une lecture thématique, mais également conceptuelle, appuyée sur un processus de création pour développer une installation immersive en danse4. De manière générale, elle interroge les modes de jouer avec les cadres et l’interrogation esthétique de ma thèse se déploie alors également dans l’interrogation des cadres de la recherche en contexte français, c’est-à-dire le cadre universitaire, ses méthodes, et ses modes de diffusion. Le cadre méthodologique et le mode d’écriture universitaires me semblaient limités pour rendre compte de ces principes. Faire de la « recherche chorégraphique », comme je le nomme en début de thèse, impliquait pour moi d’interroger non seulement des notions et des concepts, mais également des modes de faire, penser, écrire et partager la recherche. Pour cela, j’ai souhaité que l’objet thèse incarne le propos qui y était développé sur l’effacement des contours. Peu de pages, pas de chapitrage, des parties non hiérarchisées, différents sujets d’énonciation – les différents « je » qui parlent afin de recontextualiser à chaque fois d’où je parle, comme chercheuse, chorégraphe, performer, ou sujet –, et qui sont rendus visibles par des jeux de mise en page. L’intention est que le lecteur, en lisant cet objet thèse, soit entrainé dans le processus performatif et sensoriel de la recherche.

II. L’après-thèse : construction d’un parcours

Paola Braga – Quand j’ai fini ma thèse, j’ai dû rentrer au Brésil car j’avais reçu une bourse du gouvernement brésilien et mon contrat m’obligeait à rentrer à la fin du doctorat pour « partager » mes connaissances dans mon pays. Toutefois, le gouvernement ne nous donne pas de travail à notre retour. Je suis donc arrivée là-bas et j’ai essayé de trouver du travail mais la situation n’était pas – et n’est toujours pas – bonne politiquement et économiquement parlant. Comme ici, il y a de moins en moins de postes. J’ai passé cinq ans au Brésil à enseigner dans le programme de master à l’Université Fédérale Fluminense, où je donnais des séminaires autour de la dramaturgie en danse et des états de corps, ainsi qu’autour de la notion de propriété en danse, et où j’étais responsable de la direction et du suivi de la rédaction de mémoires de master. J’ai également enseigné au département de pédagogie de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, où j’étais professeure de didactique de la danse et responsable de la coordination et du suivi pédagogique et logistique des stages auprès des étudiants du département danse. Il s’agissait toujours de postes temporaires, avec un salaire très bas et sans évolution de carrière envisageable. C’était une expérience assez dure, ma situation étant toujours instable et précaire. Au bout d’un moment, je me suis demandé si cela était réellement ce que je voulais faire et s’il s’agissait du seul parcours qui s’offrait à moi au vu de mes expériences et de mon doctorat.

La question qui s’est posée et qui se pose encore pour moi est de savoir ce que je peux faire avec une thèse en dehors de l’environnement universitaire – auquel je me destinais pourtant à l’origine. De ce point de vue je me demande quelles sont les choses que je peux faire, inventer et créer avec ce que j’ai vécu, ce que j’ai étudié et ce que j’ai écrit. Le plus important pour moi est donc ce parcours, et la manière dont il peut être utile et fournir des outils pour aller de l’avant et avoir une « profession heureuse ».

Claire Buisson – Dans mon cas, l’après thèse comme la thèse est un parcours que je tisse au fur et à mesure, en relation avec des environnements existants (institutionnels, géographiques, artistiques…), et en circulant à travers différentes places, lieux, statuts/métiers, partenariats, dans le champ chorégraphique et/ou pédagogique. Il y a différentes manières de faire de la recherche, qui sont complémentaires et toutes nécessaires. À partir de là, la recherche n’est pas uniquement une pratique universitaire, exclusive à un statut officiel de chercheur. C’est une manière de faire, de penser, et des méthodologies qui peuvent être appliquées dans tous les « terrains » où nous allons exercer une activité professionnelle après une thèse.

Pour rester dans l’image du « parcours » et d’un mouvement dans l’espace et le temps, je considère mon parcours professionnel comme un cheminement, dans lequel la thèse en danse a contribué à me faire découvrir et développer des outils qui me permettent tant de construire mon parcours professionnel que de créer des propositions et des contenus à chaque « endroit » où je me situe sur ce parcours

À travers celui-ci, je ne cesse d’affiner et de renouveler mon geste professionnel de conceptualisation, d’analyse, de problématisation et de conception de dispositifs.

Posture – circulation – se positionner et repositionner
Les outils théoriques en anthropologie m’ont fortement influencée sur la question de la posture du chercheur. Dans cette approche anthropologique que je découvre en 2005, le chercheur anthropologue n’est pas détaché, ni au-dessus, ni à l’extérieur de son terrain de recherche. Il fait partie de son terrain, il a conscience a priori que sa présence influe sur le terrain dans lequel il se trouve et qu’il doit prendre en compte toutes ces dimensions dans son processus de recherche. Cela implique une autoréflexivité, y compris sur sa propre expérience sensorielle et corporelle, de la conscientiser et de l’intégrer tant dans son travail d’analyse du terrain5 que dans son travail d’écriture. L’écriture ethnographique tend à être ainsi une écriture performative. Elle rend compte du caractère sensoriel, incorporé, incarné de l’ensemble du processus de recherche et du terrain. Ce postulat a été un support théorique pour penser ma pratique de recherche chorégraphique, et me penser dans la pratique de recherche. D’où je parle ? D’où je veux parler, c’est-à-dire où je me positionne ?

C’est une base précieuse qui permet de construire un parcours qui n’est pas linéaire. Développer une conscience de soi, de ses contours et de sa position, trouver un ancrage, pour travailler avec les cadres, les modifier et en inventer, être poreux·se, effacer les contours et circuler. L’autoréflexivité comme outil de travail contribue à sortir des approches binaires et dichotomiques (par exemple recherche scientifique / non scientifique, contexte universitaire/non universitaire, etc.) et à développer une approche transversale qui permette de circuler dans différents contextes.

Je retiens également de la recherche chorégraphique une pratique en aller-retour entre la mise à distance d’un élément de recherche (un concept, une notion, une œuvre, des éléments théoriques, un objet esthétique) et un rapport sensible à cet élément. Cela opère un processus d’objectivation et de neutralisation qui permet d’effacer les contours disciplinaires ou chronologiques et de travailler à travers des constellations.

Transversalité des outils
Qu’il s’agisse des outils chorégraphiques (d’analyse du mouvement ou d’analyse d’oeuvre…) ou des outils de l’approche anthropologique (autoréflexivité, écriture performative, observation, terrain…), ce sont des outils de mise en relation, d’agencement d’éléments pour trouver du sens et faire récit. Ils sont utiles pour concevoir du contenu mais également réfléchir à des enjeux de temporalité, d’espace, de relation avec le « public », que ce soient des étudiants, des spectateurs, des participants… Ils sont ainsi des ressources pour concevoir des dispositifs – pédagogiques, de médiation, performatifs, d’accompagnement… – et certains outils de recherche chorégraphique constituent désormais pour moi des méthodologies de travail.

Paola Braga – Finalement, ma thèse n’est pas en relation directe avec ce que je fais au CND, mais mes expériences – y compris la thèse – le sont. Je suis conseillère pédagogique au Département Formation et Pédagogie, mais je continue à être chercheuse, je le serai encore et toujours. Ce qui me frappe dans la réalité de nos jours, dans ce manque d’options, c’est qu’on peut et on doit inventer les espaces et les outils pour continuer à faire de la recherche. Nous avons la possibilité de saisir nos expériences de cette période académique et de notre vie pour inventer de nouvelles possibilités. Le parcours de thèse et l’après-thèse m’ont montré que je suis capable de construire quelque chose qui n’existait pas auparavant, et cela doit nous permettre d’inventer les espaces et les outils nécessaire à une profession heureuse.

Claire et moi, nous ne faisons pas de recherches au sein du CND, c’est-à-dire que nous ne menons pas de programmes de recherche ; cependant, nous restons chercheuses et continuons à faire de la recherche autrement. J’ai ainsi la nette impression d’avoir été choisie pour ce poste en raison de toutes mes expériences. Pas tant pour le sujet sur lequel j’ai écrit, mais plutôt pour mon parcours dans son ensemble – y compris le doctorat et ce que j’ai fait tout au long de mes études.

III. En poste au CND : apports du parcours de chercheuse

Claire Buisson – De juin 2017 à décembre 2019, j’ai été en poste au CND en tant que chargée d’éducation artistique et culturelle au sein du Pôle EAC. J’ai choisi ici de vous faire trois récits d’expérience pour illustrer comment les outils nommés précédemment ont nourri mon travail au sein du CND.

La Caravane Teens – conception du projet6
Ce projet se déroule dans un collège ; il est une transposition de la Caravane Kids qui se déroule en école primaire. Il consiste en une journée qui mobilise l’ensemble du collège (élèves et personnel), précédée de deux formations, l’une à destination des personnels du collège et l’autre à destination des intervenants extérieurs.

Ce projet interroge le cadre – l’espace d’un collège, son organisation spatiale, temporelle, sociale sur une journée ; et les modalités de conceptions d’un projet de médiation en milieu scolaire de manière chorégraphique : comment un projet de médiation chorégraphique en milieu scolaire peut-il proposer d’expérimenter une autre manière de faire école ? Mon parcours de chercheuse m’a permis d’accompagner ce travail collectif par la théorisation, l’inspiration de théories et expériences existantes dans les domaines chorégraphiques et pédagogiques pour interroger la réalité d’un collège à travers un processus de médiation artistique. Dans la phase de conception, j’ai proposé à mes collègues plusieurs textes théoriques sur les pédagogies alternatives, en menant en parallèle des recherches sur les deux lycées auto-gérés existants en France. J’ai également fait des recherches sur différents modèles de collège dans plusieurs pays d’Europe (organisation du temps de cours et de pause ; contenus des séances selon les matières enseignées ; organisation de la vie du collège, croisement entre niveaux, personnels, etc.), afin de problématiser l’objectif de ce projet et d’en concevoir le cadre. Le même travail de théorisation et de conceptualisation a structuré les deux formations prévues dans ce projet.

PEAC – Danser le vivant7 – atelier de médiation – application de l’analyse du mouvement
Un PEAC est un parcours d’éducation artistique et culturelle, mis en place avec l’Éducation nationale. Le thème de ce parcours était « danser le vivant » : le mouvement des éléments, de la nature, de l’individu et du groupe. Je souhaite illustrer ici la manière dont mon parcours en théorie de la danse permet aussi de nourrir le contenu d’ateliers de médiation. Pour ce projet, j’ai utilisé les outils d’analyse du mouvement pour regarder un extrait de film8 et conduire les enfants ensuite à le transposer chorégraphiquement dans l’espace du studio. Il y a plusieurs niveaux d’apports de ces outils : regarder une situation à travers des outils chorégraphiques en décrivant le mouvement, l’espace, le temps, l’énergie ; incorporer la perception d’un paysage naturel et le déployer de manière tridimensionnelle ; circuler entre différents médiums (vidéo, photos, gestes, son, etc.).

IMAGINE9 – coordination – autoréflexivité et mise en réflexion collective
IMAGINE est un projet conçu par le CND pour des femmes de Seine Saint-Denis autour du corps de la femme, de ses représentations et de la notion de soin. C’est un projet qui se veut expérimental et cherche à déplacer les manières de faire médiation et de penser la médiation. Dans ce projet, j’ai deux positions : celle de médiatrice pour IMAGINE Pantin, et celle de coordinatrice sur l’ensemble du projet et des partenariats.
Comme coordinatrice, j’ai cherché avant tout à produire une dynamique réflexive, à la fois singulière et collective, pour laisser le projet ouvert se faire au fur et à mesure à partir de la singularité de chaque situation. C’est pour cette raison que durant les trois rencontres entre partenaires prévues durant l’année, peu de temps était dédié à la logistique pure du projet. En revanche ces temps de travail étaient essentiellement des espaces d’analyse de nos terrains respectifs, de nos pratiques, en tant qu’institution, médiatrice ou chorégraphe. J’ai créé des dispositifs proposés ensuite à l’ensemble des collaboratrices, à travers lesquels nous interrogions notre place, comme individu ou comme institution ; des notions propres au projet : femme, soin, société, territoire, etc.; et des manières de faire médiation par-delà les temps d’ateliers. En fait, j’ai créé les conditions d’autoréflexivité pour les équipes afin de les mettre elles-mêmes en posture de recherche sur leurs modes de faire et d’organisation.

Dans ces trois exemples, ma démarche de chercheuse est présente à travers des outils à disposition pour concevoir et mener des ateliers de médiation – notamment les outils d’analyse d’œuvre, de l’image et du mouvement. Elle est encore plus présente dans le travail de coordination et d’accompagnement de projets et au sein de projets collectifs. J’utilise alors mes ressources de théoricienne en concevant des dispositifs réflexifs, et en proposant des théories et expériences existantes – dans le domaine chorégraphique et pédagogique notamment – pour interroger le réel à travers des processus de médiation artistique. J’apporte la pratique réflexive et problématisée du chercheur, ainsi que les outils d’organisation dans le temps d’un processus de recherche et de création.

Paola Braga – Je voudrais insister sur l’importance d’avoir traversé différentes expériences et construit une variété d’outils qui me permettent d’accomplir le travail pour lequel j’ai été embauchée. Au CND, je suis responsable de la programmation des activités pédagogiques au sein du département Formation et Pédagogie, ce qui veut dire que je contribue au fonctionnement du département à plusieurs niveaux, et chacun d’entre eux a une relation particulière avec mes expériences et mon parcours et, notamment, avec la thèse. J’en signale trois qui exemplifient mon point de vue :

Accompagner la préparation au diplôme d’État 200 heures
À la fin de leur formation, chaque candidat obtient ce diplôme – qui leur donne le droit d’enseigner la danse en France – et doit pour cela mener une brève recherche, écrire et rendre un rapport de stage, soit un court mémoire. Une fois validé, ce rapport leur permet de recevoir le diplôme de professeur de danse. Mon expérience, en tant que chercheuse, de cet exercice d’écriture me rapproche de leurs doutes, questions et craintes. Mes années d’enseignement m’assurent les outils nécessaires pour donner des conférences sur la méthodologie, diriger leurs recherches, et accompagner l’écriture des rapports de stage. Aussi, les recherches que j’ai moi-même menées tout au long de mon parcours académique et non-académique me donnent un spectre assez large de sujets que je connais de près et sur lesquels je peux leur donner des pistes de lecture.

Programmation de stages et workshops
Chaque semestre, j’établis la programmation des stages et workshops mis en place au département Formation et pédagogie afin de contribuer à la formation continue des danseurs : je conçois les thématiques des stages et workshops et je choisis les enseignants qui les dispensent. Sous ma responsabilité, la programmation de ces différentes formations est construite dans une logique pédagogique, qui privilégie des sujets d’importance historique ou technique, qui soient variés, utiles et d’intérêt au moment où elles sont réalisées. Ici aussi, je fais appel aux connaissances que j’ai acquises tout au long de ma formation académique et également de mes années d’expérience en tant qu’enseignante de danse. Concevoir un sujet, élaborer un contenu, et collaborer avec l’intervenant pour organiser un stage sont des activités qui me renvoient aux recherches que j’ai menées et aux cours que j’ai conçus en tant qu’enseignante à l’université.

Cours quotidiens pour les danseurs professionnels
Pareillement, je programme les cours techniques quotidiens qui ont lieu au CND. Dans ce cas, il s’agit de choisir les enseignants qui viendront dispenser les cours quotidiens selon une logique de pluralité de propositions dans chaque style, en veillant à la qualité des enseignements. Il s’agit de faire des choix pédagogiques pour pourvoir les danseurs ce dont ils ont besoin, tout en garantissant une veille de l’actualité du milieu chorégraphique. Tout cela, dans un équilibre de propositions au long de chaque semestre.

J’insiste et répète que ce ne sont pas des outils spécifiques et identifiables individuellement qui font le lien entre mon expérience de doctorat et ma pratique en tant que conseillère pédagogique au CND. C’est plutôt le fait d’avoir vécu tout ce parcours qui a façonné un ensemble de compétences me permettant d’être adaptable, productive et créative.

Inversement, de nouvelles idées, de nouveaux sujets surgissent et peuvent produire de nouvelles opportunités de recherche. Je me permets de donner un exemple survenu après l’atelier. Pendant le confinement, j’ai conçu et organisé une programmation de cours mis en ligne sur le site du CND. Ces cours avaient pour objectif d’aider les danseurs à se maintenir en forme pendant cette période prolongée, où tous – enseignants et danseurs – étaient confinés. Chaque jour, du 6 avril au 10 juillet 2020, un cours de danse classique ou contemporaine était disponible sur le site du CND pour tous ceux qui souhaitaient le suivre. En parlant avec plusieurs des enseignants engagés pour ces cours et en observant leurs démarches et difficultés, je me suis intéressée au sujet et ai commencé à mener une recherche sur les enjeux et contraintes des cours en ligne du point de vue des enseignants. Cette recherche aboutira à un article qui sera bientôt publié.

Il est surtout essentiel pour moi d’inventer de nouvelles façons de travailler qui puissent me rendre heureuse, productive et créative à partir de mon histoire de vie, de mes expériences professionnelles et de mon parcours académique.


Biographies

Conseillère pédagogique au département Formation et pédagogie du CND, Paola Braga est docteure en danse par l’Université Paris 8, où elle a développé une recherche sur la représentation du corps dansant dans les œuvres chorégraphiques biographiques. En tant que professeur du master d’Études contemporaines des arts à l’Université Fédérale Fluminense, au Brésil, elle a enseigné et développé des recherches autour des états de corps, de la dramaturgie du mouvement dansé, et des questions d’auteur et propriété en danse. À l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, elle a enseigné la Didactique de la danse, et était responsable de la coordination et du suivi pédagogique et logistique des stages auprès des étudiants du département danse.

Claire Buisson est docteure en arts (danse) de l’université de Nice, et se situe à différentes places, enseignante, coordinatrice et conceptrice de projets, et également dans l’accompagnement de projets. À travers ses différentes activités, elle développe des dispositifs performatifs, pédagogiques ou théoriques, qui interrogent la place du sujet dans l’expérience cognitive et perceptive. Bien que venant du champ chorégraphique, son approche est transversale. Elle a été MCF en Danse à l’université de Lille 3, a collaboré avec le chorégraphe israélien Arkadi Zaides et a travaillé au CND au sein du Pôle EAC comme chargée d’Éducation artistique et culturelle. Actuellement elle poursuit ses recherches en indépendante sur les dispositifs de médiation et les pédagogies alternatives.


Cette communication a été présentée à l’occasion de la journée Fabrique de thèse #4. Vulgarisation scientifique : rendre sa thèse accessible, le 18 octobre 2019, au Centre national de la danse. Les actes, sous format numérique, sont dirigés par Céline Gauthier et Lucas Serol, comité de l’Atelier des doctorants, septembre 2021.

Pour citer cet article : Paola Braga et Claire Buisson, « Expériences et parcours après la thèse : échange autour des possibles imaginables », 27/09/2021, in carnet de l'Atelier des doctorants en danse, Centre national de la danse, ISSN 2678-8292, https://docdanse.hypotheses.org/2093.
  1. Claire Buisson ne travaille plus au CND depuis janvier 2020 et poursuit son travail de chercheuse comme indépendante. Cet article a été rédigé en mars 2020. []
  2. Paola Braga, 2013, « Des corps écrits : spectacles chorégraphiques biographiques et représentations du corps dansant », thèse de doctorat en Esthétique, sciences et technologies des arts, spécialité théâtre et danse, soutenue le 15 avril 2013 à l’Université Paris 8, sous la direction d’Isabelle Launay. []
  3. Claire Buisson, 2010, « Danse, espace, technologies : construction d’un environnement chorégraphique », thèse de doctorat en Arts – mention Danse, soutenue en décembre 2010 à l’université de Nice Sophia Antipolis sous la direction de Marina Nordera. []
  4. Je suis un poumon (création finale 2013) – Soutiens | Le Vivat, scène conventionnée Armentières (résidence), le Dicréam – Aide à la maquette et production, le Centre national de la danse – Pantin (résidence de recherche), le laboratoire de recherche C.E.A.C (Université de Lille 3), la Direction des affaires culturelles de la Ville de Strasbourg (aide au projet), le Cube-Centre de création numérique, le laboratoire de recherche R.I.T.M (Université de Nice), Summer Studio (Bruxelles), Bourse Envie d’Agir. []
  5. Je partage ici quelques références bibliographiques que j’ai utilisées à l’époque (2006/2010) : James Clifford et Georges E. Marcus (dir.),1986, Writing Culture: The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley: University of California Press. Thomas J. Csordas (dir.), 1994, Embodiment and Experience!: The Existential Ground of Culture and Self, Cambridge University Press, Cambridge. Clifford Geertz, 1973, The Interpretation of Cultures, Basic Books, New York. Clifford Geertz, 1988, Works and Lives. The Anthropologist as Author, Polity Press, Cambridge. E.T. Hall, 1971, La Dimension cachée, Paris, Le Seuil. []
  6. Dans la conception de ce projet, j’avais réalisé une première maquette/recherche en janvier 2019 ; puis nous avons repris la conception et conceptualisation par un groupe de travail composé de Lola Chalou et Benoit Caussé entre juin et décembre 2019, alors respectivement chargée de projets CND Pantin et conseiller pédagogique CND Lyon. []
  7. Ce parcours s’est déroulé sur 2 mois, par le biais de séances d’une durée de 1h30, certaines menées par la chorégraphe et la médiatrice et d’autres seulement par la médiatrice. Ce programme réunissait une chorégraphe, Paulina Rucarba, une médiatrice, moi-même, une enseignante et sa classe de CE1 de l’école Edouard Vaillant à Pantin. []
  8. Solaris de Tarkowski : le plan séquence final qui commence dans la rivière, remonte le long des algues et herbes dans l’eau jusqu’à sortir de l’eau et découvrir l’étang. https://www.youtube.com/watch?v=WUNuNK41Efo []
  9. Il se déroule à travers 3 éditions, sur 3 ans de 2017 à 2020, dans 4 villes, en collaboration avec 4 structures culturelles, 4 chorégraphes pour chaque édition, 4 groupes de femmes, 4 médiatrices et une coordinatrice. J’arrive dans le projet en juin 2017 et à ma prise de poste le squelette que je viens de décrire a déjà été conçu par Fanny Delmas et Hélène Joly, alors respectivement responsable du Pôle EAC et directrice du DFP-EAC CND Pantin. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search