Céline Gauthier, Lucas Sérol, « De la reconnaissance des parcours à la valorisation des savoirs : quelles places pour la vulgarisation et la médiation en danse ? » (table ronde)

La journée « Vulgarisation scientifique : rendre sa thèse accessible » s’est clôturée par une table ronde, afin de prolonger les questionnements partagés durant les différents temps de cette rencontre. Elle s’inscrivait par ailleurs dans une vive actualité, celle des interrogations – et des inquiétudes – de bon nombre de jeunes chercheurs quant aux devenirs de leurs recherches et à leur avenir professionnel, dans le contexte des études en danse. Comment les pratiques, les méthodes et les outils façonnés en vue d’actions de vulgarisation des savoirs issus de nos recherches peuvent-ils nous permettre de poursuivre le métier de chercheur en dehors du champ universitaire, dans la temporalité de l’après-thèse ? Travailler à l’adaptation de nos recherches à différents publics permettrait alors de valoriser notre formation – et de fait le diplôme du doctorat – pour élargir nos perspectives professionnelles.

De la recherche à l’activité professionnelle : continuités et complémentarités

La table ronde s’est ouverte par une première réflexion consacrée aux opportunités offertes aux jeunes chercheurs et docteurs hors du champ universitaire : quels parcours, quels diplômes ou qualifications sont accessibles et pertinents après une thèse en arts du spectacle ? Si certains disent vouloir – et pouvoir – poursuivre leurs activités dans l’enseignement secondaire après la thèse1, d’autres envisagent de se détourner des carrières académiques pour valoriser autrement les savoirs, les expériences et les réseaux façonnés tout au long de leur travail de recherche. L’enjeu pour ces jeunes docteurs est de parvenir à transposer leurs connaissances, issues du champ scientifique, dans des domaines professionnels (médiation, programmation, etc.) où la formation est souvent réalisée de manière presque autodidacte. Celle-ci contraste fortement avec l’ancrage parfois théorique des recherches universitaires, mais aussi avec les formations spécialisées dont sont issus une majorité des professionnels du secteur chorégraphiques (médiation culturelle, gestion de projet, etc.).

Ces réorientations professionnelles sont évidemment spécifiques aux doctorants qui accomplissent une recherche en formation initiale ; alors que le développement progressif des études en danse et de leurs méthodologies (recherche-création, recherche-action, etc.), induit que bon nombre de chercheurs réalisent désormais une thèse au cours ou à l’issue d’un parcours professionnel autre qu’universitaire. Ces derniers sont au contraire confrontés au choix de quitter une position sociale et un métier stables pour réaliser leur recherche, ou parfois de la conduire lors des premières années de leur retraite ; dans ce dernier cas, les impératifs financiers semblent moindres.

Une autre approche des activités de recherche, sans doute davantage spécifique aux doctorants en arts, est celle d’une pratique artistique amatrice ou professionnelle en parallèle de la thèse. Cette dernière s’établit comme un cheminement personnel qui nourrit le processus créatif : la recherche survient dans un parcours artistique, comme occasion de débat, de remise en question, de mise en mots des processus pédagogiques et artistiques pour les confirmer ou s’en départir, afin de surmonter des blocages inhérents à la pratique. De ce point de vue, le parcours doctoral a aussi pour vocation de soutenir, de préciser voire de guider des activités professionnelles ou bénévoles connexes2. Le travail de thèse est alors l’occasion de formuler une réflexion transversale qui fait écho à des réalités rencontrées sur le terrain, et ainsi de mettre au jour les relations entre les questions théoriques façonnées dans la recherche et les actions qui peuvent en découler. De cette manière, le doctorat est pensé comme une première étape vers des interventions rémunérées et des perspectives d’insertion professionnelle.

On remarque ainsi combien l’ancrage disciplinaire, le sujet et la méthodologie mobilisée pour la recherche déterminent la survenue de ces opportunités. Citons l’exemple des trajectoires que l’on rencontre plus fréquemment en sciences sociales, où la thèse intervient au cours d’un parcours professionnel. Elle s’inscrit à la croisée d’un intérêt personnel pour une question ou un sujet de recherche, et des thématiques ciblées en fonction des besoins d’acteurs institutionnels ou économiques (Chambres de commerce et d’industrie, par exemple). L’achèvement de la recherche induit alors souvent une réorientation professionnelle, afin d’allier les champs d’expertise développés durant la thèse, qu’il s’agisse de pratiques d’édition, de médiation, de conseil, en parallèle d’une charge de cours à l’université. La démultiplication des champs d’action interroge la viabilité du cumul d’activités : si elle ne doit pas décourager les futurs doctorants, il semble désormais essentiel que cette question soit soulevée avant l’inscription, et fasse l’objet d’une discussion avec les directeurs de thèse. Lorsqu’ils connaissent bien nos intérêts et nos qualités propres, ils peuvent devenir une ressource précieuse pour nous présenter des interlocuteurs potentiels, nous aiguiller sur des thématiques ou nous déléguer des activités lorsqu’elles nous sont utiles pour étendre nos compétences et nos réseaux.

Stratégies individuelles et logiques institutionnelles

Le parcours doctoral semble aujourd’hui balisé par un ensemble de stratégies plus ou moins implicites, relatives au choix de la discipline ou de la spécialité dans laquelle s’inscrit la recherche, voire de sa périodisation historique ; notamment en fonction des disponibilités hypothétiques de postes de titulaires à l’université. A ce sujet, beaucoup constatent la tendance actuelle des écoles doctorales à insister parfois lourdement, et ce dès l’inscription en thèse, sur l’absence de débouchés universitaires d’un travail de thèse : l’écueil résiderait là encore dans le choix du sujet de recherche, orienté vers des questions considérées comme trop théoriques et adressées – tout particulièrement en SHS – vers des secteurs peu rentables. L’Université semble ainsi favoriser l’insertion professionnelle de ses jeunes docteurs au sein des entreprises, comme en témoigne la présence régulière de services dédiés au sein des campus, qui sollicitent les doctorants pour intégrer des pôles d’entreprises junior. Face à ces discours alarmistes, faut-il ne considérer la thèse que comme un tremplin, en sachant que la recherche ne constituera pas la suite de notre parcours professionnel ? Ces incitations des écoles doctorales semblent paradoxales au regard de l’investissement – temporel, financier voire émotionnel – requis tout au long du parcours doctoral : ces derniers éléments invitent plutôt à élaborer un projet de recherche en adéquation avec nos intérêts propres. Quelles ressources peut-on mobiliser pour mener de front le travail de recherche et conserver des espoirs d’insertion professionnelle ? Comment valoriser ses compétences, et quelles sont celles qui peuvent acquérir une valeur professionnelle ? Dès ses débuts, le parcours doctoral apparaît comme l’occasion d’expériences nombreuses. Les participations et interventions dans des journées d’étude, tout comme les activités d’enseignement, permettent de développer nos capacités de communication orale, de transmission et de partage des savoirs. Au-delà de la seule rédaction de la thèse, les articles, publications, rédactions de dossiers qui balisent la recherche sont aussi l’occasion d’affiner des capacités d’écriture, d’analyse et de synthèse. Plus largement, la thèse est un projet au long cours, marqué par diverses étapes et temporalités : les doctorants acquièrent des compétences de gestion du temps, de coordination de projets : bien plus qu’une seule spécialisation sur un sujet, la thèse apporte donc des compétences transversales, qu’il est possible de faire fructifier ailleurs.

La difficulté du positionnement des jeunes chercheurs réside dans ce double discours, porteur d’attentes contradictoires : considérer la thèse comme un diplôme professionnalisant qui débouche sur l’obtention d’un métier et l’insertion dans le champ académique, ou réaliser une thèse pour affiner une réflexion sur un sujet qui nous passionne. Ces tensions affleurent d’autant plus lorsque l’activité de recherche requiert un investissement qui empêche de développer en parallèle une activité salariée. La perspective la plus féconde, afin de se détacher de l’inquiétude du vide consécutif à la fin de thèse semble être de considérer les carrières universitaires comme une option, non comme un but. Ceci permet d’envisager que la recherche académique trouve d’autres finalités : bien souvent, le choix d’un parcours doctoral repose plutôt sur le désir de mener une expérience de questionnement, d’entrer dans un processus d’immersion dont il faut ensuite émerger.

Cette première stratégie recoupe les préoccupations et les logiques institutionnelles des écoles doctorales : désormais, nombreuses sont celles qui rechignent à inscrire des étudiants en formation initiale qui ne possèdent ni concours de l’enseignement ni expérience professionnelle préalable, par crainte qu’ils ne parviennent pas à s’insérer dans le marché du travail à l’issue de la thèse. Qu’il s’agisse d’une position que l’on considère comme réaliste ou qui masque une tentative de découragement – notamment face à des recherches dont le potentiel transgressif les place en marge des institutions, et donc des financements –, ces choix institutionnels participent d’une surdétermination des trajectoires professionnelles des jeunes chercheurs, en souscrivant à l’idée que la réussite et l’insertion professionnelles seraient conditionnées par l’obtention de concours en tout début de cycle universitaire. Ces modes de pensée sont des moteurs normatifs, d’anti-créativité, contre lesquels il faut se battre, d’autant que nous connaissons tous des exemples de jeunes chercheurs, diplômés et au parcours considéré comme académiquement excellent, qui « cochent toutes les cases » sans pourtant trouver de poste stable. Il est ainsi manifeste que la transition linéaire du doctorat à l’intégration universitaire constitue une trajectoire minoritaire, ceci d’autant que le parcours doctoral ne constitue absolument pas une formation pratique aux missions afférentes au métier d’enseignant-chercheur. A l’inverse, la conjoncture actuelle laisse penser que le bouleversement en profondeur du monde du travail susciterait de nouveaux métiers, encore inédits.

Un contexte contemporain difficile à cerner

Les interrogations et les difficultés dont les participants à cet atelier se font l’écho semblent recouvrir des enjeux structurels et non restreints aux seules études en danse : jusqu’aux décennies précédentes, les politiques publiques de financement scientifique permettaient une absorption assez satisfaisante des doctorants par le milieu universitaire. Les jeunes diplômés constituent aujourd’hui sans doute la première génération de doctorants en danse à se confronter à une difficile insertion professionnelle, de sorte que les questions qui les animent n’avaient pas jusqu’alors été formulées avec un tel degré de précision. D’une part, l’opacité des procédures de recrutement ou d’attribution de financements requiert le témoignage des candidats reçus pour comprendre les critères implicites sur lesquels reposent les sélections. D’autre part, la baisse du nombre de postes souligne la nécessité de connaitre les formations ou réorientations possibles, qu’il s’agisse d’un « plan B » provisoire ou bien de véritables reconversions professionnelles. Comment imaginer et mener des recherches, dans des temporalités, des lieux et avec des financements qu’il s’agit de réinventer entièrement ? Comment continuer à faire de la recherche – et de quelle(s) recherche(s) parle-t-on ? Qu’est-ce qu’être chercheur indépendant ? Comment valoriser son parcours dans et hors de l’université ? C’est pour tenter de répondre à ces questions qu’un collectif de doctorant·e·s en danse s’est constitué en 2018, afin de multiplier les rencontres, entre jeunes chercheurs en danse mais aussi avec d’autres collectifs de précaires dans la recherche, pour recenser les expériences heureuses ou malheureuses auxquelles chacun a pu se confronter.

Ce format de réflexions et d’actions collectives était pensé comme l’occasion de faire émerger un espace de partage d’expériences et de discussion, consacré à des interrogations souvent absentes des formations doctorales : combien vaut une conférence – alors que beaucoup interviennent gratuitement, ou bénévolement ? Comment se repérer dans les offres de concours d’enseignement ou de post-doc ? Comment répondre à un appel à projet, quel cadre institutionnel constituer par exemple pour mener l’étude d’un fonds d’archives en parallèle d’un métier exercé à temps complet ? Des questions et des démarches parfois techniques, néanmoins liées à l’économie de nos recherches. Le partage de ces expériences était aussi l’occasion pour ces jeunes chercheurs de se constituer collectivement en réseau, essentiel pour la survie professionnelle : le marché de l’emploi repose en grande partie sur des phénomènes de cooptation, et beaucoup d’annonces ou d’offres sont invisibles parce qu’elles passent par d’autres canaux. La visée des collectifs de chercheurs précaires est alors de pouvoir mettre en commun les annonces d’emploi et les propositions reçues : ce partage d’informations constitue une première étape pour renforcer le réseau des jeunes doctorants et docteurs, permettre la coopération et mutualiser les compétences de chacun (rédiger un dossier de demande de subvention ou de projet d’EAC, par exemple), mais aussi explorer certaines perspectives. Il semble ainsi que des institutions scientifiques – comme le CNRS – soient potentiellement des lieux d’emploi, mais requièrent un travail patient et collectif de prise de contact et de constitution d’un groupe de travail pour proposer un projet – puisque c’est cette logique de financements qui prime de nos jours.

« Se sentir chercheur »

Si ces voies traverses semblent souvent fécondes, nombre de jeunes chercheurs manifestent au contraire leur désir de rester au sein des universités, après y avoir travaillé et développé leurs recherches : comment prendre acte de cette revendication légitime ? Bien que les enseignants-chercheurs actuellement titulaires soulignent qu’ils ont pu bénéficier de la chance ou du hasard, de certaines opportunités qui leurs étaient offertes, ils rappellent néanmoins que, dans de nombreux cas, la création ou le maintien d’un support de poste à l’université est le fruit d’un travail collectif. Tous soulignent aussi combien les activités connexes des postulants peuvent emporter des décisions : davantage que l’excellence ou le sujet de la recherche, l’organisation de journées d’études, le travail bénévole dans le milieu associatif ou de l’édition constituent des manières de se démarquer par une connaissance fine et professionnelle des institutions3. D’autre part, ils tempèrent l’idéalité du poste d’enseignant-chercheur, aujourd’hui largement consacré à des tâches administratives, de sorte que l’université n’est pas toujours le lieu propice à la recherche – bien que l’enseignement demeure un espace de réflexion et d’expérimentation. De leur point de vue, il ne s’agit que d’un métier parmi d’autres, lui aussi soumis à certaines formes de précarité : le statut d’enseignant-chercheur n’est intéressant que si l’on souhaite enseigner et prendre en charge nombre de responsabilités.

Cependant, que nous soyons titulaires ou contractuels, doctorants financés ou non, nous constatons tous une diminution du temps consacré à la recherche au profit de tâches connexes. Cette réalité commune affecte-t-elle les représentations du statut professionnel afférent à ces métiers ? Il semble que la présence ou l’absence d’une rémunération (bourses, contrats doctoraux) conditionne la posture de chercheur que l’on développe : si le temps de travail consacré à la thèse peut être équivalent que l’on possède un contrat doctoral ou un job étudiant, l’investissement diffère du point de vue de la reconnaissance du travail effectué. Une recherche non financée entrave la possibilité de considérer le doctorat comme un vrai travail, d’autant que l’absence de rémunération est souvent synonyme d’une moindre inclusion dans les équipes de recherche, et donc d’une relative solitude.

Accompagner et façonner un projet professionnel : déplier les savoirs de sa recherche

Les réflexions partagées dans le cadre de ce débat, si elles témoignent de certaines spécificités des études en danse, semblent être plus largement au cœur de toutes les interrogations des jeunes chercheurs et professionnels des sciences humaines et sociales, y compris dans l’enseignement secondaire. Bien que les réorientations politiques et les nombreuses réformes qui émaillent la vie scientifique et pédagogique de ces dernières décennies incitent au pessimisme, il convient au contraire de s’engager dans la valorisation de nos disciplines et de nos pratiques de recherche : défendre le choix et la pertinence des études en danse pour la société, lutter à contre-courant de la pensée mainstream pour conserver une certaine exigence de la réflexion. Cet engagement scientifique et politique interroge la relation entre la survie individuelle et la construction collective d’une profession : si ces deux perspectives ne sont pas incompatibles, il est nécessaire de penser des temporalités et des échelles pour que s’instaure leur émulation réciproque. Une première approche consiste à faire rayonner des acquis collectifs à partir de l’individualité des parcours : si les diverses certifications et bilans de compétences soulignent les savoirs et les capacités d’un individu, on peut supposer que la reconnaissance des compétences d’un docteur en danse irrigue ensuite vers la valorisation des savoirs d’une communauté de chercheurs et de professionnels du secteur chorégraphique. Cependant, il convient de rester aussi attentif à la singularité de la précarité, tant économique qu’intellectuelle, qui intervient à l’issue de mais aussi tout au long des parcours de recherche. Celle-ci entrave de fait les démarches collectives de valorisation, parce qu’elle conditionne voire limite le potentiel investissement de chacun.

De la reconnaissance à la certification professionnelle

Si certaines activités comme la médiation culturelle constituent des débouchés privilégiés hors du champ universitaire, la question qui demeure latente est celle des facteurs favorisant l’insertion dans ce domaine, notamment des savoirs nécessaires et des expériences attendues lors d’une candidature. Si des formations et des qualifications professionnelles existent et peuvent constituer un avantage dans un parcours, il s’avère qu’elles ne semblent – pour le moment – pas déterminantes pour s’engager dans cette voie. A ce jour, et malgré de nombreuses réformes qui tendent à développer la possibilité de certifier des parcours et des compétences, on ne peut que constater l’absence de passerelles entre les orientations des formations professionnelles et universitaires. Ces disparités seraient-elles corrélées à la difficulté des jeunes chercheurs à s’identifier comme des professionnels, alors même que l’ensemble de leurs activités constitue un travail à part entière ? Si certains doctorats sont inscrits au registre national des certifications professionnelles, bon nombre d’universités ne s’y sont pas encore investis : il s’agit pourtant d’un maillon essentiel dans la dynamique d’une mise en adéquation des parcours doctoraux avec le milieu professionnel, puisque l’inscription au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) induit la création d’un référentiel métier4. Cette certification peut constituer une entrée intéressante pour reconnaître le doctorat comme une branche professionnelle liée à des emplois, et non à un seul cycle de formation. En effet, la création d’un référencement permet d’accéder au statut de cadre et donc à des ressources et des formations portées par des structures comme l’Association pour l’emploi des cadres (APEC)5, mais aussi des bilans de compétences. Le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)6 semble aussi une ressource intéressante parce qu’il propose des formations à l’issue desquelles est délivré un « certificat de compétences », qui atteste tout autant des connaissances nouvellement acquises qu’il évalue des savoirs déjà développées dans un parcours professionnel, mais invisibles lorsqu’on souhaite les valoriser – dans un CV par exemple.

Bien au-delà du sujet même d’une thèse, qui peut plus ou moins facilement se prêter aux actions de médiation, ce sont finalement des démarches et des capacités de formulation, d’adresse et de transmission qui importent pour transposer sa recherche dans d’autres contextes. C’est ici que l’aide d’une personne extérieure s’avère essentielle ; il existe pour cela des organismes spécialisés dans le milieu de la culture, comme La Belle Ouvrage à Paris, qui propose un accompagnement7 personnel pour formuler ou reformuler un parcours, via des outils de prise de conscience, de visualisation et de représentation, issus de méthodes de psychologie clinique. S’ils n’ont pas pour fonction d’attester de compétences délimitées, ils incitent à un regard rétrospectif et réflexif sur son parcours professionnel, afin de parvenir à formuler la place qu’on y occupe et vers quoi ce cheminement peut nous mener. Du point de vue du façonnement des trajectoires professionnelles des jeunes chercheurs, l’intérêt de ces formations complémentaires – notamment lorsqu’elles sont validées sous la forme de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) – est de donner l’occasion à ceux qui s’y investissent d’établir (et d’élargir) la cartographie de leurs savoirs et de leurs pratiques. Déplier tout ce qui constitue leur recherche en termes d’outils, de concepts, de postures, considérer ce qui peut être transformé et exporté hors du champ universitaire ; tout ceci constitue déjà en soi une forme de recherche. Il s’agirait d’une autre manière de certifier, de soi à soi-même, des thématiques transversales, des verbes et des actions qui orientent la réflexion du jeune chercheur vers des pistes de reconversion. Cela conditionne la relation avec de futurs interlocuteurs, mais aussi la manière de se projeter dans un futur métier : il s’agit par exemple d’oser dire qu’une méthodologie nous convient ou non en fonction du cheminement analytique envisagé.

Valoriser les savoirs en danse auprès des professionnels

Les jeunes docteurs font souvent face à un dilemme : poursuivre une activité de recherche et d’enseignement, au risque de ne jamais obtenir de poste de titulaire, ou chercher des alternatives face au faible nombre d’emplois stables dans le champ académique. En danse, ce dilemme est marqué par un déséquilibre entre le faible nombre de docteurs, détenteurs d’une expertise, et les besoins liés à l’activité du champ chorégraphique, le nombre de structures culturelles existantes et, même, le nombre de compagnies et de spectacles programmés par ces institutions. Une alternative intéressante semble être alors de bifurquer vers des institutions ou des lieux – associations régionales, centre de développement chorégraphique. Par exemple, si l’on considère qu’il y a en France 200 à 300 théâtres et festivals qui programment de la danse – ce chiffre sera sûrement amené à augmenter – on a donc besoin d’autant de programmateurs qui connaissent la danse et son histoire ; d’autant que, pour les jeunes chercheurs, les tâches de programmation peuvent demeurer compatibles avec des activités d’enseignement. Parce qu’elles ouvrent la voie à de futurs recrutement, ces réorientations professionnelles permettent de mutualiser les expériences : comment a-t-on réussi à intégrer le milieu culturel, quelles stratégies, quels positionnements et quels savoirs se sont avérés fructueux ?

Il existerait ainsi un très gros potentiel dans le champ des pratiques de médiation, parce qu’elles charrient désormais un très grand nombre d’acteurs. La danse, qui met en jeu le corps et la sensation, est un outil fondamental des actions des champs scolaires, sociaux, pénitentiaires, etc. Cependant, il s’agit là encore de métiers peu ou mal définis, qui donnent prise à la non-reconnaissance des qualifications de ceux qui les exercent. Comme beaucoup de milieux précaires, la médiation souffre d’un énorme turnover des professionnels : il est plus facile d’employer des gens facilement remplaçables, substituables. La défense de ces métiers et des savoirs spécifiques des personnes qui les pratiquent requiert alors un long travail collectif de définition des compétences qu’ils mobilisent, tout en veillant à ne pas enclore leurs expériences dans des modèles normatifs : définir n’est pas cerner, mais plutôt préciser.

Agir pour et par la valorisation des compétences acquises durant la thèse auprès des corps de métiers et des institutions demande de désigner les apports d’une recherche en danse au travail de médiation. Ainsi, les métiers de relation auprès des publics ne devraient plus être considérés comme un « plan B », mais comme des professions dans lesquelles peuvent réellement se trouver valorisées nos formations en esthétique, en sociologie de la danse, etc., mais aussi notre capacité à penser par exemple la relation entre pratiques de communication, de programmation et de médiation au sein d’une structure. Une participante témoigne ainsi, après avoir été candidate malheureuse pour un poste de chargée des publics dans une institution culturelle, qu’elle a été invitée par cette même institution à intervenir pour des actions de médiation parce que la personne recrutée n’en était pas capable. Ceci interroge le fonctionnement même de ces structures, et la pertinence pour elles de recruter un salarié formé à l’organisation du spectacle vivant, plutôt qu’un docteur qui possède une culture chorégraphique. Gardons en mémoire qu’il est moins évident d’adjoindre une formation à la culture chorégraphique à une formation initiale en administration culturelle que l’inverse : rédiger une subvention DRAC8, élaborer un parcours d’Éducation artistique et culturelle (EAC)9 et le mettre en place sont des compétences qui s’acquièrent plus rapidement que les savoirs acquis dans le temps long des études en danse et du parcours doctoral. Ce dernier constitue donc une valeur ajoutée pour ces emplois, dès lors que l’on peut y réinvestir des méthodologies telles que celles de l’analyse des œuvres ou l’AFCMD10, et la capacité à produire des textes et des discours sur des œuvres, par exemple.

De la recherche universitaire aux recherches en danse

Dans cette perspective, c’est la définition même des activités de recherche qui se trouve déjouée et recomposée : après la thèse et hors de l’université, est-il possible et pertinent d’inventer d’autres formes d’expérimentation des savoirs ? S’agit-il de calquer le modèle de la recherche académiques dans d’autres contextes ou de considérer que des pratiques de recherche peuvent soutenir et émerger dans d’autres champs d’activité ? Ceci requiert de ne plus distinguer ou opposer une recherche académique à d’autres pratiques, afin de les envisager comme un ensemble, depuis les thèses académiques à l’université jusqu’à des départements de Recherche & Développement en entreprise. Néanmoins, la frontière semble fine entre valorisation et mise en scène de la recherche, comme peuvent l’être certaines opérations de communication – telles que Ma thèse en 180 secondes – qui malgré leur intérêt en termes de visibilité et de vulgarisation, interrogent l’éthique et la déontologie qui les sous-tendent11. Est-il pertinent de s’engouffrer dans la brèche ouverte par les écoles doctorales qui incitent à cultiver une démarche marketing de communication autour de nos recherches, dans la perspective de les rendre visibles et attractives pour le secteur marchand ? Il s’agit de demeurer attentifs à ce que la valorisation de nos parcours et compétences sur le marché du travail ne se réalise pas au prix de leurs spécificités.

C’est sans doute l’une des richesses que l’expérience universitaire peut apporter : elle forme à dénouer des oppositions, transgresser des frontières et réunir ce qui se trouvait fragmenté, pour penser ces activités de manière plus transversale. Par-delà et au travers des savoirs qu’elle élabore, la recherche constitue aussi des manières de penser, d’agencer des idées, de problématiser, qu’il s’agit aussi de valoriser. Cette plasticité de la réflexion peut s’appliquer à de nombreux domaines : dans le champ de la médiation par exemple, mais aussi plus individuellement pour trouver – et inventer – de nouveaux métiers. Si les pratiques chorégraphiques et les métiers de la danse tendent à se développer, leur reconnaissance est indissociable de pratiques de vulgarisation des savoirs qu’ils suscitent, à travers l’enseignement, la communication, la programmation, la médiation et la recherche. Alors que nombre de jeunes chercheurs témoignent d’un pallier difficile à franchir vers une insertion professionnelle satisfaisante et pérenne, ces actions collectives méritent d’être poursuivies avec confiance, en valorisant collectivement les parcours et l’importance des savoirs des scientifiques dans des métiers de la culture qui peuvent – et gagnent à – être réalisés aussi par les chercheurs en danse.


Cette table ronde s’est tenue à l’occasion de la journée Fabrique de thèse #4. Vulgarisation scientifique : rendre sa thèse accessible, le 18 octobre 2019, au Centre national de la danse. Les actes, sous format numérique, sont dirigés par Céline Gauthier et Lucas Serol, comité de l’Atelier des doctorants, septembre 2021.

Pour citer cet article : Céline Gauthier, Lucas Sérol, « De la reconnaissance des parcours à la valorisation des savoirs : quelles places pour la vulgarisation et la médiation en danse ? » (table ronde), 08/12/2021, in carnet de l'Atelier des doctorants en danse, Centre national de la danse, ISSN 2678-8292, https://docdanse.hypotheses.org/2295.
  1. Cette possibilité dépend de l’obtention d’un concours de l’enseignement (CAPES ou agrégation), mais aussi de l’inscription disciplinaire de la recherche et du parcours universitaire. S’il est possible par exemple pour un doctorant en théâtre de prétendre à l’enseignement de la littérature dans le secondaire, si une recherche sur une aire géographique donnée peut ouvrir à l’enseignement de la langue qui s’y pratique, il demeure des points aveugles : les études en danse ne sont pas articulées à un concours spécifique, en art du spectacle ou en histoire de l’art. []
  2. On peut penser à de nombreuses activités associatives, dans le champ de l’éducation, du travail social ou artistique qui s’enrichissent du parcours de recherche de ceux qui s’y engagent. []
  3. Voir à ce sujet les actes de l’atelier Fabrique de thèses #3. À l’entour de la recherche, consacrés aux activités, rencontres et thématiques qui accompagnent, cohabitent ou encadrent un projet de recherche. À télécharger ici : https://docdanse.hypotheses.org/848 []
  4. Le Répertoire national des certifications professionnelles, créé en 2002 est une base de données qui recense et classe par niveau et secteur d’activité les diplômes, titres certificats de qualification à finalité professionnelle reconnus en France. Ce répertoire peut être consulté sur le site du RNCP, https://www.francecompetences.fr/recherche_certificationprofessionnelle/ []
  5. L’Association pour l’emploi des cadres est une association créée en 1966, qui fournit services et informations au sujet du marché de l’emploi des cadres et des diplômés de l’enseignement supérieur. Elle s’adresse essentiellement au secteur privé, qui le finance par ses cotisations, et propose de nombreuses offres d’emploi sur son site : https://www.apec.fr/ []
  6. Le Conservatoire national des arts et métiers est un établissement d’enseignement supérieur, fondé durant la Révolution française. Il propose des formations aux salariés en activité au sein des secteurs publics et privés, principalement dans le secteur de l’industrie, et permet de préparer des diplômes de niveau bac à bac+8. []
  7. Ce type d’accompagnement peut être pris en charge par différentes aides, du Compte personnel de formation (CPF) aux ressources offertes par Pôle Emploi. []
  8. Direction régionale de la création artistique, qui octroie des aides et subventions en fonction de la soumission de projets artistiques et éducatifs. []
  9. L’éducation artistique et culturelle est un dispositif élaboré conjointement par le ministère de la Culture et de l’Éducation nationale pour organiser et encourager la découverte et la pratique artistique, durant tous les temps de la vie scolaire et à toutes les étapes de la formation. []
  10. L’Analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé est une discipline qui associe savoirs théoriques et pratiques au cours d’expériences sensorielles destinées à former les danseurs, pédagogues et praticiens du corps et du mouvement. Elle est désormais intégrée au cursus de formation du diplôme d’État de professeur de danse, et contribue à l’enrichissement sémiotique de leur pratique, à l’entraînement du corps du danseur (dans la perspective d’éviter les blessures ou de les rééduquer au mieux), ainsi qu’au développement de l’expressivité et des nuances qualitatives du geste dansé.) []
  11. Dans quelle mesure est-il possible de réduire la présentation d’un parcours de recherche en trois minutes de discours ? Ce format suffit-il à rendre compte des capacités de communication d’un chercheur ? Jusqu’où est-il possible, pertinent, voire légitime de plier une recherche doctorale à des formats de présentation hérités du marketing ? A quel point peut-on faire de la pensée un produit qu’il faudrait vendre ? []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search