Fabrique de thèses #6 / 3 juin 2022 / Programme

Recherche en création, création en recherche : pluralité des savoirs et des expériences des artistes-chercheurs

Centre national de la danse – Pantin, 9h30-18h, studio 14

Face à l’essor de la recherche-création au sein des programmes universitaires français, le prochain Atelier des doctorants en danse propose de questionner les synergies entre la recherche et la création du point de vue des artistes-chercheurs eux-mêmes.

Où se situe l’artiste-chercheur dans cette double focalisation et comment parvient-il à éviter d’éventuels biais dans ses procédures de recherche et de création ? Que ce soit d’un point de vue institutionnel ou scientifique, le dialogue que suggère la recherche-création ne serait-il pas à même de résoudre la division tenace entre le corps et l’esprit, et de renverser les modèles académiques dominants ?

Cet espace d’échange, ouvert sur les plans disciplinaires et formels, espère explorer des pistes de sens et lever les confusions sur la recherche-création.

Télécharger le programme détaillé

Programme

9h30
Accueil

10h
Introduction par le comité de l’Atelier des doctorants
Présentation de Philippe Guisgand, professeur en danse, université de Lille, répondant

Le savoir en action

10h20
Serena Massimo, doctorante en sciences philosophiques et sociales, université de Rome « Tor Vergata » : « Apprendre par le corps, faire danser la pensée »
En valorisant la continuité entre l’expérience de la danse et l’esthétique philosophique, on montrera d’une part comment la création et la recherche menées par le danseur-chercheur sur scène créent des façons non conventionnelles de penser, écrire et parler de la danse dans sa recherche académique, et, d’autre part, comment les outils théoriques de l’esthétique peuvent nourrir sa pratique.

10h40
Carolina Mahecha Quintero, doctorante en arts du spectacle, université Toulouse-Jean Jaurès : « Vers une poétique de l’expérimentation : approximations de la recherche somatique-performative de la création “NOUS, les itinérantes” »
Cette communication analyse le processus de création de « NOUS, les itinérantes », une pièce de danse qui aborde les biographies de quelques femmes émigrées latino-américaines. La lecture de la genèse de ce spectacle s’attache à définir comment, dans le cadre de cette étude auto-ethnographique, le positionnement situé de l’artiste-chercheuse ainsi que la poétique de l’expérimentation ont motivé le dialogue entre sa pratique artistique et sa recherche théorique.

11h
Pause

11h20
Stéphane Lambion, doctorant en littérature, université Aix-Marseille : « Du document au texte : la notion d’atelier en littérature »
En recréant en direct, à partir d’une page vierge, un texte déjà écrit, cette intervention a pour but de montrer les processus qu’implique un travail de recherche-création en littérature, interrogeant ainsi le passage du document (théorique) au texte (littéraire) ainsi que la pertinence de la notion d’atelier dans le domaine de la création littéraire.

11h40
Eva Assayas, doctorante en arts–esthétique, pratique et théories, université Lille 3 : « La recherche-création en danse : chemin d’une pratique et pratique d’un cheminement »
À partir du compte-rendu de deux résidences en studio, cette communication se propose d’exposer la manière dont notre pratique de la création chorégraphique est une composante à la fois du processus et des résultats de la recherche. En prenant appui sur les thèses de Billeter et Doganis, qui envisagent le corps comme une entité psycho-physique dans son intégralité, on montrera les conséquences heuristiques de cette posture holistique dans le cadre précis d’une recherche-création en danse.

12h
Temps d’échanges

12h30
Pause-déjeuner

Les enjeux de la recherche-création

14h
Avec Solène Bellanger, cheffe de la mission Recherche, et Mickaël Robert-Gonçalves, chargé de missions Recherche, DGCA, ministère de la Culture ; Gretchen Schiller, chorégraphe et professeure à l’UMR Litt&Arts, université Grenoble Alpes, directrice du réseau interuniversitaire d’écoles doctorales Création, Arts et Médias (CAM) ; Marian del Valle, danseuse, chorégraphe et docteure en art-danse.

15h30
Pause

16h
Proposition du collectif Open Source
Il s’agira de créer un dialogue interdisciplinaire entre chercheurs et artistes présents lors de cette journée en présentant les principes-cadres qui régissent les sessions de recherche du collectif Open Source, un collectif de metteur·e·s en scène qui cherche à articuler recherche et création en dehors du cadre universitaire. Cette présentation abordera aussi bien la spécificité du fonctionnement du collectif et de ses sessions de recherche, que ses motivations, ses intérêts et ses limites.

Traduire une expérience sensible

16h30
Chloé Persillet, doctorante en arts plastiques, université Paul Valéry – Montpellier 3 : « Carnets d’ateliers. La pratique du paysage, du travail sur le motif au travail sur panneau de bois »
Comment traduire, communiquer et transmettre les recherches d’une pratique plastique ? Comment donner à voir les articulations à l’œuvre dans un processus de création ? Quelles sont les particularités de la dimension poïétique d’une telle recherche ? Cette communication réfléchira à des pistes de réponses à partir d’une expérience personnelle et sensible en recherche-création.

16h50
Anatoli Vlassov, doctorant en danse, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Thèse-Ronde : pour une polyrythmie de la création-recherche »
Thèse-Ronde est une création-recherche sur le rapport entre le singulier et le collectif, création artistique tissant un réseau de relations entre les sens multiples qui circulent et se transmutent entre différents chercheurs aux disciplines de recherche variées.

17h10
Performance dansée et entretien entre la danseuse Sarah Adjou et Aline Derderian, doctorante en arts, université Rennes 2 : « We should return to our winter home : une recherche incarnée sur Armen Ohanian »
Cette recherche s’intéresse à l’œuvre d’Armen Ohanian dont les productions chorégraphiques et littéraires apportent un éclairage sur l’histoire arménienne par le biais de l’exercice autobiographique. We should return to our winter home se présente comme une improvisation dansée, générée par une partition qui incarne ou incorpore plusieurs extraits de La Danseuse de Shamakha, en vue de questionner les modalités de transmission d’une corporalité diasporique.

17h30
Temps d’échanges

17h50
Clôture


Biographies

Diplômée du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris en danse contemporaine en 2012, Eva Assayas poursuit en parallèle de son métier d’interprète des études de lettres jusqu’à l’obtention d’un master en littératures française et comparée.
Chorégraphe depuis 2016 avec la co-création du duo Obscur à soi-même, elle crée en 2019 le solo Le vrai lieu qui fonde son désir d’entamer en 2019 un doctorat de recherche-création en danse sous la direction de Philippe Guisgand.

Aline Derderian chorégraphie et danse notamment au sein de CONSENSUS. Elle obtient un MFA chorégraphie de Trinity Laban en 2018 et enseigne à Central Saint Martins jusqu’en 2020. Aline est chargée de cours à l’université Rennes 2. Sa thèse questionne les liens entre chorégraphie et performance en diaspora arménienne, en miroir des pédagogies radicales californiennes de la fin des années soixante.

Stéphane Lambion est chercheur, poète et traducteur. Il a publié́ un livre en 2019 et son dernier livre (prix Trouvères Lycéens 2022) paraîtra cet été. Normalien agrégé, il travaille dans le cadre de sa thèse sur l’écriture de la maladie en poésie et tient un journal à ce sujet sur remue.net. Il anime aussi des ateliers d’écriture à l’université et co-anime un séminaire de réflexion sur la recherche-création en littérature.

Carolina Mahecha Quintero est interprète en danse contemporaine et politologue. Elle est artiste-chercheuse en doctorat Arts du spectacle au laboratoire LLA-CREATIS de l’université Toulouse-Jean Jaurès, en cotutelle avec le programme de Post-graduation en Arts du spectacle de l’université fédérale de Bahia. Elle est en quatrième année de thèse d’une recherche-création intitulée : « Les corporalités des femmes migrantes latino-américaines. Une proposition de recherche-création en danse contemporaine ».

Après une licence et une maîtrise en Philosophie à l’université de Parme, Serena Massimo est doctorante en troisième année du programme de doctorat « Sciences philosophiques et sociales » à l’université de Rome « Tor Vergata », où elle travaille – sous la supervision de Tonino Griffero et Rita Messori – sur un projet en esthétique concernant l’expérience vécu du danseur contemporain (en particulier dans l’improvisation) dans une perspective néo-phénoménologique.

Après une formation au CNSAD, 6 créateurs fondent en 2014 le collectif Open Source pour échanger, expérimenter et chercher avec d’autres créateurs du spectacle vivant en-dehors des contraintes de création. Aujourd’hui, un comité de pilotage de 6 créateurs entre danse et théâtre coordonne un réseau de 70 artistes ayant participé à 14 sessions de 5-6 jours thématisées & d’autres rencontres annexes.

Doctorante et enseignante contractuelle en Arts plastiques à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, Chloé Persillet prépare une thèse intitulée « Paysage : réflexions picturales et romantiques d’une poïétique en devenir », sous la direction de Valérie Arrault et de Patrick Marcolini. Ses recherches portent également sur les notions de « technique » et de « métier » avec une attention particulière pour le médium qu’est la peinture à l’huile, puisque c’est également en tant que peintre, en s’adonnant à un réinvestissement de savoirs-faire anciens (encollage, enduction, fabrication de liants, superposition de glacis, etc.), qu’elle nourrit une réflexion à la fois théorique et pratique, engagée dans une perspective technocritique.

Anatoli Vlassov est danseur parlant, chorégraphe, réalisateur et chercheur. Depuis 2003, il crée des chorégraphies avec des corps de métiers spécifiques, des personnes touchées par l’autisme et danse avec une caméra endoscopique sans fil. En 2015, il écrit un manifeste TENSER publié aux éditions Jannink, puis développe une pratique performative qu’il appelle la PHONÉSIE, une articulation de la danse et de la parole qui agit sur le réarrangement des liens structurels entre le corps et la langue.


Une proposition du comité de l’Atelier des doctorants
Pauline Boschiero, doctorante à l’université Toulouse–Jean Jaurès (arts du spectacle),
Anaïs Loyer, doctorante à l’université Côte d’Azur (danse),
Marie-Marie Philipart, doctorante à l’université Côte d’Azur (danse),
avec Eva Assayas, doctorante à l’université de Lille (esthétique, théorie et pratique des arts),
et du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND.

Réservation
recherche.repertoires@cnd.fr avant le 23 mai 2022



Citer ce billet
Comité de l'Atelier (2022, 28 avril). Fabrique de thèses #6 / 3 juin 2022 / Programme. Doctorants en danse. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nueg

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search