Le doctorat en danse dans l’espace européen / 30 septembre 2022 / Programme

Le doctorat en danse dans l’espace européen : croisement des savoirs, mobilité des chercheurs, harmonisation des études

Centre national de la danse – Lyon

Vendredi 30 septembre 2022 / 9h45-18h

Inscription auprès de recherche.repertoires@cnd.fr

> Version anglaise

Le processus de Bologne engagé en 1999 vise l’harmonisation de l’enseignement supérieur à l’échelle de l’Europe. Cette réforme soutient la mobilité des doctorants et enseignants-chercheurs, les coopérations scientifiques, et le bénéfice d’une double expertise pour la recherche doctorale.

Dans ce contexte, comment les acteurs de la recherche en danse s’adaptent-ils à ce cadre commun ?  Si celui-ci renforce effectivement l’attractivité des études et les relations scientifiques, quelles contraintes comporte un tel alignement pour les doctorants et les enseignants-chercheurs ?

Il s’agira à travers cette journée, première initiative d’élargissement du réseau de l’Atelier des doctorants, de questionner avec quelques professeurs et doctorants européens la circulation des savoirs, le rayonnement des recherches et les dispositifs de cotutelle dans l’espace européen ; mais aussi d’interroger les enjeux de cette harmonisation, ses limites et sa pertinence dans le champ des études en danse.

Télécharger le programme détaillé

9h45
Accueil

10h15
Introduction par le comité de l’Atelier des doctorants.
Présentation de la cartographie dont la construction par le comité de l’Atelier se fera tout au long de la journée.

Préparer son doctorat européen

10h30
La cotutelle de thèse et le doctorat « européen » : avantages et inconvénients
par Georgiana Wierre-Gore

La cotutelle de thèse a été rendue possible en France dès 1994 avec l’« arrêté du 18 janvier 1994 relatif à la création d’une procédure de cotutelle de thèse entre établissements d’enseignement supérieur français et étranger ». Elle vise « à instaurer et développer une coopération scientifique entre des équipes de recherche françaises et étrangères en favorisant la mobilité des doctorants ». Le texte de l’arrêté a été modifié plusieurs fois donnant lieu à une version plus souple incluse aujourd’hui dans un arrêté de 2016 « fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat ». Sans tracer tous les développements de ce dispositif, mon intervention mettra en exergue les principaux bénéfices du dispositif, scientifiques et financiers, ainsi que ses inconvénients. Je terminerai en abordant le doctorat « européen », label accordé au moment de la soutenance de thèse si certaines conditions sont réunies.

10h50
Possibilités d’un doctorat européen/international en Espagne
par Beatriz Martínez del Fresno

Combien de doctorants en danse, répartis dans les départements universitaires les plus divers, ont été incités à réaliser un doctorat européen ou international depuis l’Espagne ? Quelles sont les exigences auxquelles une thèse internationale doit répondre ? Quelles subventions et bourses existent pour la réaliser ? Les doctorants connaissent-ils les différences entre une thèse internationale et une thèse en cotutelle ? La communication tentera de répondre à ces questions en définissant le cadre réglementaire espagnol dans le but de vérifier les similitudes et les différences par rapport aux doctorats internationaux réalisés dans d’autres pays.

11h10
Construction du master conjoint Erasmus Mundus Choreomundus : collaboration et synergie dans le cadre de spécificités institutionnelles et culturelles
par Georgiana Wierre-Gore

Ouvert en 2012, le master conjoint Erasmus Mundus Choreomundus – International Master in Dance Knowledge, Practice and Heritage, fruit d’une collaboration entre quatre universités partenaires européennes, accueille en septembre 2022 sa onzième promotion, constituée de 27 étudiants de 22 pays du monde. Il délivre un parchemin de diplôme unique, rare pour un Erasmus Mundus. L’objet de cette présentation est de mettre à jour les conditions relationnelles qui ont permis de construire cette formation financée par la Commission Européenne et aujourd’hui dans sa troisième édition, dans le cadre d’universités qui ont des procédures administratives, pédagogiques et financières d’une diversité étonnante.

11h50-12h30
Temps d’échanges

Travailler sur un terrain/corpus étranger

14h
TQW DOC
par Christina Gillinger

Tanzquartier Wien est un centre pour la création et la performance contemporaine à Vienne (Autriche), avec un programme hebdomadaire de performances, une formation pour danseu·r·se·s professionnel·le·s, une bibliothèque et un fonds d’archive, ainsi qu’un programme théorique. Depuis 2018, Tanzquartier Wien héberge le forum doctoral interdisciplinaire et inter-universités TQW DOC, qui réunit des chercheu·r·se·s autour de la chorégraphie, la performance, et les questions du corps, de l’art et de la politique. Une fois par mois, étudiant·e·s et théoricien·ne·s se retrouvent pour échanger avec des collègues d’autres disciplines et d’autres institutions. Outre l’échange de méthodologies et de concepts terminologiques, les participant·e·s peuvent présenter leurs propres recherches et en discuter avec des collègues. Tanzquartier Wien a ainsi accueilli des étudiant·e·s de diverses universités autrichiennes, mais également de Belgrade, Bratislava, Berlin, Buenos Aires, Hambourg, Helsinki, Oslo, Stockholm, Londres, Iéna et Giessen, qui ont partagé leurs expériences avec le groupe. [www.tqw.at]

14h20
Interventions de doctorantes du réseau TQW DOC

L’art de la décolonisation
par Miriam Aigner

Les études postcoloniales se développent dans la sphère publique occidentale, et s’invitent dans les arts et le domaine de la culture. L’objectif de ce travail est d’explorer les dimensions politiques, sociales, et critiques de l’art et en particulier de la danse en relation au post-colonialisme. Mon hypothèse est que la critique artistique postcoloniale apporte une contribution importante à la théorie postcoloniale, puisqu’elle se saisit du sujet d’une manière potentiellement moins européano-centrée qu’en partant d’une base scientifique occidentale. Le corps et la représentation des corps dans la danse jouent un rôle central dans cette perspective. De même, les liens entre public et privé, les structures et l’individu, sont partie intégrante de la recherche. Je souhaite explorer le potentiel de l’art en tant que critique postcoloniale d’une perspective analytique nourrie par les perspectives théoriques susmentionnées d’un côté, et par un empirisme illustratif de l’autre.

Des vies transnationales – la danse créolisée et les œuvres de Nyota Inyoka, Armen Ohanian et Leila Bederkhan
par Christina Gillinger

Dans ma thèse, j’examine les vies et les œuvres de trois danseuses et chorégraphes du début du XXe siècle qui ont vécu dans différents pays d’Europe, d’Asie et des Amériques et ont été influencées par ces différents contextes culturels, et de quelle manière leurs œuvres créolisées remettent en question les notions d’authenticité et de rôles genrés.

Repenser l’intimité : sentir à distance, distribuer l’intelligence comme rencontre chorégraphique
par Julia Wolf

La pratique de Julia Wolf explore l’intersection entre les données de télédétection collectées sur smartphone, les écosystèmes décentralisés (metavers, la cartographie UV) et le pouvoir de l’intimité dans les mondes au-delà de l’humain. À cheval sur plusieurs concepts et disciplines, par exemple l’analyse post-newtonienne, les nouveaux matérialismes, la chorégraphie étendue et l’érotisme sensoriel, la recherche-action de Julia réunit le potentiel algorithmique et esthétique qui peut surgir sous le vernis de l’humanité. L’agentivité et l’identité ne sont plus à comprendre comme des propriétés prédéfinies qui peuvent être programmées dans un algorithme mais comme étant ce qui se joue lors d’une rencontre. Par conséquent, sa recherche propose des écologies alternatives et fondamentalement incarnées et intimes des interactions humain-algorithme en réfléchissant sur le rôle des procédés chorégraphiques aujourd’hui.

15h-15h30
Temps d’échanges

Valoriser sa recherche dans l’espace européen

15h50
Panorama de programmes européens et opportunités pour la recherche
Intervention croisée de Sonia Nikitin et Pauline Patoux

Cette intervention propose une introduction aux grands objectifs des programmes européens en matière de recherche et formation, en synergie avec les autres secteurs professionnels et en lien avec les enjeux des politiques européennes. Sonia Nikitin et Pauline Patoux présenteront trois programmes différents de l’Union Européenne (Erasmus+, Marie Skłodowska-Curie et Horizon Europe) en s’appuyant sur des exemples de projets déjà menés afin de mieux saisir les différents champs d’actions et priorités. Il sera également question d’aborder les moyens de s’emparer aujourd’hui des projets européens, en termes de financements, de mobilités, de documentation et réseaux, de coopérations, d’opportunités professionnelles et de soutien à la visibilité des projets de recherche.

16h30
Présentation de Tesis en Danza, trois journées et un ouvrage collectif
par Beatriz Martínez del Fresno

L’ouvrage collectif Tesis en Danza trouve son origine dans les premières activités régulières menées par la Commission Danse de la Sociedad Española de Musicología (SEdeM) : trois journées organisées en collaboration avec Centro Danza Canal de la Communauté de Madrid entre février 2018 et décembre 2019. Dans ce forum, un échantillon de jeunes docteurs en danse qui avaient récemment soutenu leur thèse de doctorat dans une université espagnole ont été invités à un débat sur ses expériences, les problèmes et enjeux méthodologiques centraux de ses thèses. Issu de ces conférences, le volume publié en 2022 comprend une introduction et onze chapitres qui répondent à un questionnaire commun, ce qui nous permet d’apprécier les différentes orientations et cadres théoriques de la recherche doctorale sur la danse menée en Espagne et de prendre le pouls d’un domaine scientifique encore en période de consolidation.

16h50-17h30
Temps d’échanges

17h30
Clôture


Intervenants

Née à Mödling (Autriche), Miriam Aigner est titulaire d’une licence de sociologie obtenue à Vienne et elle poursuit à présent ses études en master de sociologie à Iéna (Allemagne). Son mémoire en cours d’écriture à l’université Friedrich-Schiller porte sur le post-colonialisme et les arts, en particulier la danse. Miriam est également danseuse et elle enseigne l’improvisation au centre sportif de l’université d’Iéna.

Christina Gillinger-Correa Vivar a étudié la danse contemporaine et la chorégraphie à l’université Paris 3, le théâtre, cinéma, et études médiatiques ainsi que la philosophie à l’université de Vienne et les beaux-arts à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. Depuis 2002, elle développe ses propres projets artistiques en arts visuels, avec des installations vidéo/son/texte, et elle a travaillé avec plusieurs artistes en tant que danseuse-interprète. Depuis 2017, elle donne des cours à l’université des Arts appliqués à Vienne et a rejoint le département d’études théâtrales, média et film de l’université de Vienne en 2020. En octobre 2019 elle a intégré l’équipe de recherches Border Dancing Across Times du département de musicologie et études en danse à l’université de Salzbourg en tant que doctorante. Elle travaille avec Tanzquartier Wien depuis 2002 en tant que productrice, programmatrice et médiatrice. Elle est chargée des collections de la bibliothèque depuis 2017 et est éditrice de TQW Magazine. C’est dans le cadre de ces fonctions qu’elle a créé le réseau de doctorant·e·s TQW DOC.

Beatriz Martínez del Fresno est professeure au Departamento de Historia del Arte y Musicología de la Universidad de Oviedo (Espagne). Spécialiste en histoire de la musique et histoire de la danse en Espagne au XXe siècle, elle a dirigé six projets nationaux de R&D. Elle a coordonné les ouvrages collectifs Coreografiar la historia europea. Cuerpo, política, identidad y género en la danza (Universidad de Oviedo, 2011) et Tesis en Danza (Sociedad Española de Musicología, 2022). Elle a été également co-éditrice de Dance, Ideology and Power in Francoist Spain (1938-1968) (Brepols, 2017), Danza, Género y Sociedad (Universidad de Málaga, 2017) et Música y Danza entre España y América (1930-1960). Diplomacia, intercambios y transferencias (Fondo de Cultura Económica, 2021). Elle dirige le groupe de recherche Música, Danza y Estudios Culturales (MUDANZES) de l’Universidad de Oviedo et préside la Comisión de Danza (ComDanza) de la SEdeM.

Sonia Nikitin est doctorante à l’université Lumière Lyon 2 sous la direction de Sarah Cordonnier (France) et Gerko Egert (Allemagne). Son projet de recherche-action vise à étudier la circulation des savoirs dans des processus de création partagée en danse contemporaine sous le prisme de la pluriversalité. Jusqu’à fin septembre 2022, elle est coordinatrice d’un projet de coopération internationale « Shakin’ ». Ce projet questionne les processus de production, transmission et circulation de savoirs dans le milieu culturel et s’ajoute à des expériences professionnelles en action culturelle, notamment dans un « Community Arts Centre » à Vancouver et un service culturel d’un hôpital psychiatrique à Lyon.

Georgiana Wierre-Gore est Professeur émérite en anthropologie de la danse et des pratiques corporelles à l’université Clermont Auvergne, et membre du laboratoire ACTé. Elle a fondé et dirigé plusieurs masters en anthropologie de la danse dont le master Erasmus Mundus Choreomundus – International Master in Dance Knowledge, Practice and Heritage. Ses recherches portent sur la transmission, les enjeux politiques et patrimoniaux en danse (avec Andrée Grau Anthropologie de la danse : Genèse et construction d’une discipline, 2006 et The Anthropology of Dance, 2018). Elle a été directrice adjointe, chargée des relations internationales de l’École doctorale Lettres, Sciences humaines et sociales de son université.

Implantée à Lyon depuis 2015, Pauline Patoux a coordonné plusieurs projets de partenariats européens et internationaux au Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon entre 2015 et 2020. Depuis mars 2020, elle est chargée de coordination au Centre national de la danse à Lyon. Parallèlement à cela, elle intervient régulièrement au sein de différentes formations supérieures dans le cadre de modules de cours dédiés aux projets culturels européens (université Lyon 2 et EAC Lyon).

Julia Wolf est doctorante au Royal College of Art à Londres. Sa recherche situe les analyses post-newtoniennes, les nouveaux matérialismes, et l’érotisme sensitif comme « matière radicale », une approche guidée par la pratique qui combine phi-losophie, télédétection et chorégraphie. Elle explore quelles nouvelles formes d’intimité peuvent émerger de ce glissement entre les systèmes humains et algorithmiques. Le travail de Julia a été programmé à la Tate Modern (2017, GB), à la Biennale des artistes indépendants à Liverpool (2018, GB), à la troisième édition de la Triennale Internationale de Tbilissi (2018, GE), au London Science Museum (2019, GB), la Whitechapel Gallery (2019, GB), et au Museumsquartier à Vienne (2021, AUT).


Une proposition du comité de l’Atelier des doctorants
Pauline Boschiero, doctorante à l’université Toulouse–Jean Jaurès (arts du spectacle),
Anaïs Loyer, doctorante à l’université Côte d’Azur (danse),
Marie-Marie Philipart, doctorante à l’université Côte d’Azur (danse),
et du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND.


 



Citer ce billet
Comité de l'Atelier (2022, 1 septembre). Le doctorat en danse dans l’espace européen / 30 septembre 2022 / Programme. Doctorants en danse. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nueh

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search