Fabrique de thèses #7 / 21 juin 2023 / Lyon

La recherche en partage

Centre national de la danse – Camping à Lyon

Dans la continuité de la quatrième édition de Fabrique de thèses « Vulgarisation scientifique : rendre sa thèse accessible » (Pantin, 2019)1, l’atelier des doctorants en danse souhaite poursuivre l’expérience en proposant une deuxième session centrée sur la vulgarisation scientifique et la transmission des savoirs en dehors d’un contexte universitaire. Ce temps s’adresse aux doctorants issus du champ de la danse et plus largement des arts de la scène.

Comment rendre compte de complexités méthodologiques et théoriques auprès d’un public non-spécialiste ? Quels supports emprunter et comment adapter ses outils de communication pour faciliter le dialogue et la cohésion ? Comment élargir la compréhension de sa recherche sans diluer ses spécificités dans des discours ouverts et polysémiques ?

Cette session est envisagée comme une rencontre entre jeunes chercheurs issue du champ de la danse et plus largement des arts de la scène et les danseurs et praticiens présents à Camping. Cet exercice de médiation scientifique sera une occasion pour les doctorants de prendre position dans un espace de discussion et d’enrichir leur propre travail en l’articulant à d’autres points de vue, et pour les danseurs de se confronter et de se familiariser avec les travaux de recherche en danse.

Lieu : Les SUBS, 8 bis Quai Saint-Vincent, 69001 Lyon.
Horaires (matinée) à venir.

Programme

Lucie Bonnet : « Le corps aérien : lire le sensible et écrire l’éphémère »
Cette thèse en arts du spectacle s’inscrit dans une analyse pluridisciplinaire – avec des approches en études en danse et en performance studies – de la pratique interartistique du cirque et des disciplines aériennes. À travers cette recherche qui s’appuie sur un suivi de création, la fabrique des spectacles devient acte circassien à part entière et contribue au décentrement du regard de fascination sur le corps aérien. En décentrant la fascination pour le corps aérien, cette thèse met à l’honneur l’entièreté de la pratique aérienne qui se déploie avant et après la piste et inclue le travail de conception des agrès, l’entretien des capacités physiques, la gestion du collectif, et le renouveau des constructions corporelle, anatomique, gestuelle, matérielle et scénographique des disciplines aériennes. L’objectif de ce doctorat est de définir les spécificités et protocoles de ces processus, et de comprendre comment est-ce qu’ils transforment tant les savoir-faire circassiens que les esthétiques. En somme, il s’agit d’analyser comment les artistes aérien·ne·s contribuent au renouvellement des formes circassiennes à travers le corps aérien.

The Aerial Body: Reading the Sensorial, Writing the Ephemeral. This doctoral study in Performing Arts focuses on a multidisciplinary analysis – with approaches in dance studies and performance studies – of the ‘interartistic’ practice of circus and an aesthetic study of aerial disciplines. Through this research based on the observation of contemporary creation, the shows manufactoring becomes a complete artistic gesture and contributes to the shift of the gaze of fascination on the aerial body. By giving up the fascination with the aerial body, this thesis highlights the entirety of the aerial practice which unfolds before and after the circus ring and includes the apparatus design and construction, the maintenance of physical capabilities, the group management, and the renewal of the corporal, anatomical, gestural, material and scenographic constructions of the aerial disciplines. The objective is to study the complexity of artistic processes of performances based on aerial shapes, bodies and material experimentations. The aim is to define the specificities and protocols of these processes, and to understand how they transform circus techniques and its aesthetic. Finally, the point is to study how these aerial artists contribute to the renewal of circus practices, through the aerial body.

Pauline Boschiero : « Chorégraphicités queer dans la danse occidentale des XXe et XXIe siècles : quand la fiction entre dans la danse »
Partant du constat que la danse se trouve au cœur des pratiques qui ont inspiré les théories queer et leurs glissements esthétiques sur les scènes de la culture savante, il s’agit de chercher dans quelle mesure la danse, et plus précisément la chorégraphie telle qu’elle s’est développée sur les scènes occidentales, peut contenir des spécificités propices à la création d’une esthétique queer. Des Ballets russes, en passant par des reprises contemporaines de ballets romantiques, aux créations contemporaines qui continuent de s’inspirer de ces pratiques queer, nous formulons l’hypothèse que ces pièces comportent une « chorégraphicité » queer, c’est-à-dire un désir de chorégraphie, identifiable dans un art autre que la danse ou dans la danse elle-même, et repérable grâce à la spécificité diabolique d’une création au sein de laquelle les relations entre les différents éléments qui la composent permettent l’avènement de copropriétés dansantes frictionnelles qui troublent les représentations normées des corps et des identités.

Mathilde Desany : « Processus de l’Agir créatif : conscience pré-réflexive et affordance. Le cas de la danse de création »
Ma recherche doctorale porte sur l’apprentissage et l’enseignement de la créativité et vise à réhabiliter la description de l’activité par une trame de lecture du corps et notamment par une analyse précise du geste et des conditions de son émergence en danse de création. A rebours des études universitaires sur la créativité qui valorisent la cognition, je propose de mettre en lumière le processus incarné de la créativité en étudiant de manière écologique et cognitive l’« agir créatif ». Méthodologiquement, je vais croiser deux cadres qui sont la conscience pré-réflexive et l’affordance socio-culturelle en observant de manière ethnographique et par entretiens d’auto-confrontation les conditions d’émergence et d’apprentissage de l’action créative.

Juliette Loesch : « Danser entre les mots et les arts. Les dynamiques transcréatives de la page à la scène dans la Salomé d’Oscar Wilde et ses variations par Maurice Béjart »
Ma thèse porte sur les dynamiques de traduction et d’adaptation qui caractérisent tant la création de Salomé d’Oscar Wilde (1893) que sa réception, plus particulièrement à travers les ballets de Maurice Béjart inspirés de cette pièce. J’analyse l’élaboration génétique de la pièce, écrite en français par Wilde, les différentes traductions anglaises publiées entre 1894 et 2011, ainsi que les neuf chorégraphies sur Salomé créées par Béjart entre 1969 et 2003. Mon étude comparative se focalise sur les nombreuses modalités de traduction et transcréation qui mettent en mouvement ces différentes œuvres, en oscillation constante entre les langues, les genres et les arts. Je m’intéresse notamment aux nombreux liens et interactions qui unissent cette série de variations sur le thème de Salomé.

Dancing between Words and Art Forms. The Transcreative Dynamics from the Page to the Stage of Oscar Wilde’s Salomé and its Variations by Maurice Béjart. My PhD thesis focuses on the dynamics of translation and adaptation that characterise both the creation and reception of Wilde’s Salomé (1893), as well as Maurice Béjart’s ballets inspired by the play. I analyse the genetic elaboration of the play, written in French by Wilde, the six English translations published between 1894 and 2011, and the nine choreographies that Béjart created between 1969 and 2003. My comparative study traces the many modalities of translation and transcreation underlying the creation of Salomé and Béjart’s variations as they oscillate between languages and genres, between art forms and media. I stress the connections and the productive interplay between these variations on the theme of Salome.

Karine Montabord : « La place de la danse dans le mouvement Dada »
À l’intérieur de la masse d’écrits sur Dada, la danse a trop souvent été mise à la marge, y compris dans l’histoire que les dadaïstes ont eux-mêmes forgés. Elle est pourtant présente dans chacun des foyers principaux. Il s’agit de s’intéresser de près aux artistes qui ont joué un rôle dans les coulisses de ce mouvement mais également de pister les traces laissées par les événements Dada. Élément d’un tout spectaculaire, terrain d’exploration ou langage à déconstruire à partir du matériau corps, comment et pour quelles raisons la danse apparaît au milieu de ce mouvement d’emblée basé sur la rupture ? J’interroge aussi les traces de la rencontre entre Dada et la danse dans les productions plastiques dont les dessins, peintures, collages, costumes et marionnettes sont autant de témoins.

The Place of Dance in the Dada Movement. Within the voluminous bibliography on Dada, dance has too often been marginalized, even in the story told by the Dadaists themselves. Yet, dance is integrated in the activities of each of the main Dada centres. The aim is to take a closer look at the artists who were involved in this movement but also to track down the traces left by Dada events. As a component of the spectacular dimension, as a field of exploration or as a language to be deconstructed from the body as material, how and why did dance appear in the midst of this movement which is, from the outset, based on discontinuity? I am also investigating the traces of this encounter, between Dada and dance, in visual works such as drawings, paintings, collages, costumes and marionettes and treating them as witnesses of the events.

Frédérique Seyve : « La transmission de la danse jazz aujourd’hui en France : une résistance plurielle, pédagogique, artistique et créative »
En France, la danse jazz peut être davantage associée à une pratique amateur ou encore à l’enseignement avec notamment la mise en place du Diplôme d’État de professeur de danse en 1989. Des personnalités telles que Françoise Dupuy ou Jacques Alberca ont œuvré afin que cette esthétique trouve une certaine légitimité sur notre territoire, face à l’immense succès qu’elle a rencontré et qu’elle rencontre encore. Du premier passage de la compagnie de Katherine Dunham en 1948, à l’arrivée d’artistes incontournables tel que Matt Mattox dans les années 70, la France et le jazz n’ont cessé d’entretenir une relation étroite pour donner lieu à une danse (moderne) jazz française spécifique de par sa stylisation mais aussi par ses modes de transmission uniques. Néanmoins, à l’œil nu, cette esthétique pourrait sembler être la grande absente de nos scènes nationales. Cette recherche a donc pour enjeu de passer de l’invisible au visible en observant tous les canaux de transmission de la danse jazz, même les plus insoupçonnés, telle une résistance plurielle.

Sonia Nikitin : « Danser le Plurivers. Une approche de la circulation des savoirs en danse contemporaine par le biais des pratiques de création partagée »
Ce projet de recherche-action vise à étudier la circulation des savoirs dans des processus de création partagée en danse contemporaine sous le prisme de la pluriversalité. Pour cela, des projets et pratiques de création partagée, qui se basent sur la co-conception d’une œuvre chorégraphique entre danseurs.es dit.es professionnel.les et amateur.es, sont analysés à Lyon, Leipzig (Allemagne) et Vancouver (Canada). Des observations (participantes) et entretiens visent à mettre en lumière quels types de savoirs sont utilisés, développés, transmis et partagés par/dans ces pratiques. Est-ce qu’elles permettent de développer des « Plurivers de sens » et comment ? L’idée d’un « Plurivers », principalement développée en Amérique du Sud, propose de comprendre le monde comme une diversité interconnectée.

Dancing the Pluriverse. An Approach to the Circulation of Knowledge in Contemporary Dance Through Shared Creation Practices. This research-action project aims to study the circulation of knowledge in processes of shared creation in contemporary dance under the prism of pluriversality. To this end, shared creation projects and practices, based on the co-creation of a choreographic work by so-called professional and amateur dancers, are being analysed in Lyon (FR), Leipzig (DE) and Vancouver (CA). (Participatory) observations and interviews are used to highlight the types of knowledge used, developed, transmitted and shared by/within these practices. Do they help to develop a ‘Pluriverse of Meaning’, and how? The idea of the “Pluriverse”, mainly developed in South America, proposes understanding the world as an interconnected diversity.

Biographie des intervenantes

Lucie Bonnet est cordéliste et doctorante en arts de la scène (spécialisée en cirque) à l’Université Grenoble Alpes sous la direction de Gretchen Schiller et Marion Guyez. Débutée en octobre 2020, sa thèse envisage d’étudier la complexité des processus de création des spectacles reposant sur l’expérimentation des esthétiques et matières aériennes, et aboutissant au renouveau du langage technique et corporel. La recherche qu’elle entreprend sur les pratiques aériennes contemporaines s’augmente d’une posture de praticienne et de liens étroits avec le monde du cirque et ses savoir-faire. 

Lucie Bonnet is a vertical rope aerialist and a PhD student in Performing Arts (with a specialization in circus) at Grenoble Alpes University under the direction of Gretchen Schiller and Marion Guyez. Started in October 2020, her thesis plans to study the complexity of artistic processes of performances based on aerial shapes, bodies and material experimentations, and resulting in the renewal of technical and body language. The research she undertakes on contemporary aerial practices is enhanced by a practitioner posture and close links with the circus world and its expertise.

Pauline Boschiero est en troisième année de doctorat en arts du spectacle à l’Université Toulouse-Jean Jaurès sous la direction de Muriel Plana, PR en études théâtrales, et co-encadrée par Anne Pellus, MCF en danse. Sa thèse porte sur ce qu’elle nomme et cherche à définir comme étant des « chorégraphicités » queer des scènes chorégraphiques occidentales des XXe et XXIe siècles. Danseuse amatrice, elle cherche à conjuguer pratique et recherche, notamment grâce à la mise en œuvre de collaborations entre collectifs artistiques et membres doctorant.e.s de son laboratoire (LLA-CRÉATIS).

Professeur des écoles depuis 2010 et ayant toujours (r)attachée l’art et la danse en particulier à son enseignement ou à sa formation, Mathilde Desany a repris ses études en 2019 et a obtenu dans la lignée la licence et le master en sciences de l’éducation à l’Université Lyon 2. Le prolongement en doctorat répond au besoin de développement de sa professionnalité et d’exhaustivité de son domaine d’études qui est l’enseignement et l’apprentissage des pratiques artistiques et précisément de la créativité.

Juliette Loesch est docteure en anglais et littérature comparée de l’Université de Lausanne. Rédigée sous la direction de Prof. Martine Hennard Dutheil de la Rochère, sa thèse porte sur les dynamiques de transcréation dans la Salomé d’Oscar Wilde (1893) et ses adaptations chorégraphiques par Maurice Béjart dans la deuxième partie du xxe siècle. En parallèle de sa recherche, elle est coordinatrice d’administration et de production au Prix de Lausanne, un concours international de danse classique.

Juliette Loesch holds a PhD in English and Comparative Literature from the University of Lausanne. She wrote her PhD thesis under the supervision of Prof. Martine Hennard Dutheil de la Rochère and she analysed the dynamics of transcreation in Oscar Wilde’s Salomé (1893) and its ballet adaptations by the choreographer Maurice Béjart. She now works as an administration and production coordinator at the Prix de Lausanne, an international dance competition.

Karine Montabord est doctorante en histoire de l’art à l’Université de Bourgogne sous la direction d’Alain Bonnet et de Judith Delfiner (LIR3S) et travaille sur la place de la danse dans le mouvement Dada. Ces recherches sont dans le prolongement d’un travail engagé en master, concrétisé par un mémoire sur la danse dans l’œuvre de Sophie Taeuber-Arp. Elle a coorganisé plusieurs événements de l’Atelier des doctorants du CND, guide-conférencière, elle pratique également la médiation culturelle.

Karine Montabord is a PhD Student at Université de Bourgogne, Dijon, France, under the supervision of Alain Bonnet and Judith Delfiner (LIR3S). She is investigating the presence of dance in the Dada movement. This doctoral research builds upon her master’s thesis dedicated to the work of Sophie Taeuber-Arp in relation to her practice of dance. Engaged in the dissemination of scientific knowledge, she is also trained as a Guide-Lecturer and has coorganized several events with the Atelier des doctorants of the CND.

Sonia Nikitin est doctorante en sciences de l’information et de la communication à l’Université Lumière Lyon 2 et en sciences théâtrales appliquées à la Justus-Liebig Universität Gießen (Allemagne) sous la direction de Sarah Cordonnier et Gerko Egert. Après son master en développement de projets culturels et artistiques internationaux et une formation en danse contemporaine, elle a coordonné le projet européen « Sharing Subaltern Knowledge through and for International Cultural Collaborations » (https://www.univ-lyon2.fr/international/shakin.

Sonia Nikitin is a doctoral student in information and communication sciences at the Université Lumière Lyon 2 (FR) and in applied theatre studies at the Justus-Liebig Universität Gießen (DE) under the supervision of Sarah Cordonnier and Gerko Egert. After her Masters in International Cultural Management and training in contemporary dance, she coordinated the European project “Sharing subaltern knowledge through and for international cultural collaborations” (https://www.univ-lyon2.fr/international/shakin).

Frédérique Seyve est responsable pédagogique au Centre chorégraphique Calabash. Elle coordonne également de nombreux projets en aidant des compagnies à se déployer. Touchée par la générosité de l’esthétique jazz, elle est aussi passionnée par l’accès à la danse et participe en 2019 à la fondation d’une association spécialisée dans la danse adaptée : Les Écorchés. En 2021, elle se lance dans l’aventure doctorale afin d’étudier la transmission de la danse comme pratique actuelle et notamment dans la création (Université Lyon 2). Elle enseigne également en tant qu’enseignante vacataire aux Universités Lyon 2 et Lyon 3.



Citer ce billet
Comité de l'Atelier (2023, 31 janvier). Fabrique de thèses #7 / 21 juin 2023 / Lyon. Doctorants en danse. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nuej

  1. Voir https://docdanse.hypotheses.org/category/actes/fabrique4 []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search