Fabrique de thèses #5 / 22 septembre 2020

Décentrer les savoirs : l’in-discipline des études en danse

Centre national de la danse
22 septembre 2020

En écho à la parution aux éditions du Seuil de Nouvelle Histoire de la danse en Occident – De la Préhistoire à nos jours, Fabrique de thèses #5 interroge la notion de décentrement du point de vue de la méthodologie – et, plus largement, de l’épistémologie – de la recherche sur les œuvres et les pratiques chorégraphiques.

Comment les études en danse, parce qu’elles se définissent davantage par des objets d’étude que par des modèles et des ancrages scientifiques strictement déterminés, se trouvent-elles décentrées, bien souvent à la croisée de plusieurs approches (historiques, sociologiques, anthropologiques, philosophiques, littéraires…) ? Quels seraient les motivations, les effets et les pratiques qui permettent ou résultent du déplacement des usages de certaines références scientifiques considérées comme canoniques dans d’autres traditions disciplinaires ? Dès lors, nous emploierons la notion de décentrement pour réfléchir aux concepts qui font la recherche en danse : qu’il s’agisse de verbes d’action (percevoir, créer, composer…) ou de noms communs (le geste, le mouvement, le corps, l’œuvre…), comment les sens de ces termes se révèlent-ils déplacés, transformés, et donc décentrés, lorsqu’ils sont adressés à un corpus en danse ? Si cette dérive lexicale peut s’apparenter à des jeux de langage, nous parions pourtant sur l’intérêt d’examiner les interférences qui opèrent au croisement d’une terminologie partagée dans le champ des recherches en danse – considérant par exemple l’acuité définitionnelle avec laquelle des termes comme la « qualité » ou « l’état » acquièrent un pouvoir herméneutique – et de la polysémie dont se trouvent chargées certaines notions, à l’image du verbe « danser » lui-même et des inflexions qu’il subit. Cette instabilité participe plus largement d’une véritable entreprise de remotivation sémantique qui oriente la recherche de manière significative : nous chercherons alors à en cerner la pertinence et les limites.

Cette journée d’étude se déroulera sous la forme d’échanges collaboratifs (tables-rondes ; débats ; communications croisées ; exercices collectifs) établis à partir des propositions des participants. Les propositions de participation devront alors présenter des éléments susceptibles de nourrir ces réflexions, qu’il s’agisse d’une présentation d’un élément « décentré » mobilisé au sein de la recherche, ou bien d’un questionnement méthodologique sur lequel le doctorant s’interroge encore.

Un appel à contribution sera diffusé fin juin 2020. D’ici là, vous pouvez contacter l’Atelier des doctorants en danse (doctorantsendanse@gmail.com) pour plus d’informations.