Le comité

Comité de l’Atelier des doctorants en danse 2022

Pauline Boschiero est en première année de doctorat arts du spectacle à l’université Toulouse–Jean Jaurès, au sein du laboratoire LLA-CREATIS, sous la direction de Muriel Plana, et la co-direction d’Anne Pellus. Elle étudie, sous l’angle spécifique du queer, les relations entre corps dansant et partis pris esthétiques d’une œuvre chorégraphique lorsque celle-ci comporte une forme de fictionnalité.

Anaïs Loyer est doctorante à l’université Côte d’Azur sous la direction de Marina Nordera. Sa recherche porte sur les processus de re-créations d’œuvres à partir de partition en notation du mouvement Laban.  Diplômée, depuis 2017, du second cycle en notation du mouvement Laban du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP). Elle est membre de l’association International Council of Kinetography Laban (ICKL), de l’association des Chercheurs en Danse (aCD) et de l’Association nationale des notateurs du mouvement (ANNM). En parallèle, elle accompagne la production et le développement de la  compagnie /TranS/  et la compagnie Beaux-champs.

Marie-Marie Philipart est doctorante à l’université Côte d’Azur sous la direction de Marina Nordera et codirection de Sylvie Ballestra-Puech. Sa thèse porte sur les relations entre la danse et la littérature, et plus particulièrement sur les effets citationnels dans les créations de la compagnie Maguy Marin. Parallèlement à ses travaux scientifiques, elle dispense des cours d’analyse des pratiques et des œuvres chorégraphiques, d’expressions et d’écritures critiques en art à l’université Côte d’Azur.


Comité de l’Atelier des doctorants en danse 2019/2021

Céline Gauthier est doctorante en danse à l’université Côte d’Azur. Sa recherche, dirigée par Marina Nordera, s’intéresse aux pratiques d’écritures des danseurs et chorégraphes contemporains, à travers l’étude d’un corpus d’ouvrages qu’ils ont publiés au cours de la dernière décennie. Elle s’interroge sur les modalités de la prise de parole des danseurs par l’écriture et sur les enjeux de ces discours qui témoignent des expériences propres au métier de danseur.

Lucas Serol est doctorant en littérature comparée à l’université de Strasbourg sous la direction de Guy Ducrey et ATER à l’université Toulouse-Jean Jaurès. Diplômé de l’École normale supérieure de Lyon et agrégé de Lettres modernes, sa recherche porte sur l’écriture des danseuses modernes du début du XXe siècle. Depuis un corpus états-unien, allemand, et russe, il cherche à approcher les écrits des premières générations de modernes à partir d’une sensibilité littéraire, afin de souligner l’intérêt esthétique et la spécificité d’une écriture de la danse par des praticiennes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search