Auteur : Céline Gauthier, Lucas Serol

Annaëlle Toussaere, « Le geste de la voix. Retour d’expérience à partir d’une interprétation dansée d’un poème de Lisette Lombé »

Alors que la littérature orale, la poésie sonore, les créations radiophoniques, le rap, le slam et la lecture-performance (ou performée) s’entremêlent sur scène et dans les textes1 depuis plus d’une dizaine d’années, comment qualifier ces gestes qui ont la voix pour origine ? Comme en témoignent des recueils comme « Les écritures bougées », le festival « Littérature, etc. » qui fête ses dix ans cette année. Aziyadé Baudouin-Talec (éd.), 2018, Les écritures bougées – Une anthologie, Paris, Les presses du réel. Se référer au site internet de « Littérature, etc. » : http://litterature-etc.com/, consulté le 28/09/2021. [↩]

Thomas Ayouti, « Du paratexte au parachorégraphique : transposition des outils paratextuels à la recherche en danse »

Résumé : La recherche en danse s’appuie souvent sur une exploration et une analyse de divers documents annexes aux œuvres chorégraphiques, tels que les programmes, les entretiens avec les artistes, les articles journalistiques et universitaires. Ces documents, bien que constituant un corpus substantiel, manquent parfois d’une conceptualisation et d’une organisation approfondies. Dans cet article, je me consacre à une réflexion sur une classification systématique possible de ces matériaux.

Chloé Houillon, « Le flamenco : de l’oralité à la textualité »

Introduction Nous nous proposons de faire ici l’étude du lien entre flamenco et textualité, textualité étant alors entendu au sens de notation et d’inscription. A priori, le genre musical et chorégraphique qu’est le flamenco n’a rien à voir avec une telle problématique puisqu’il fonctionne essentiellement par transmission orale, c’est-à-dire par imitation et mémorisation d’un modèle exemplifié, en l’absence de traces notationnelles.

Daniel Lühmann, « Quelques façons de coudre texte et mouvement : un récit d’expérience »

La réflexion s’initie par quelques éléments de mon parcours, comme une façon d’en établir la coulisse – en pensant ici autant à l’espace en arrière de la scène qu’à la structure qui permet, en couture, d’obtenir une possible boucle pour une pièce de vêtement. À la suite d’une formation en lettres à l’Université de São Paulo et à l’Université Paris IV, je travaille en tant que traducteur littéraire depuis une quinzaine d’années, avec une cinquantaine de publications de littérature, science-fiction, bande-dessinée, sciences sociales et histoire de l’art derrière moi.

Juliette Loesch, « La Mort subite de Maurice Béjart : Quand le journal intime entre dans la danse »

Introduction : La Mort subite, livre et ballet « Je n’ai pas l’impression de faire des œuvres, j’ai l’impression d’écrire continuellement un journal1 ». C’est par cette comparaison littéraire que Maurice Béjart décrit le lien de continuité entre ses différentes œuvres en un répertoire chorégraphique. Maurice Béjart et Jean-Pierre Pastori, 1990, « Interview de Maurice Béjart à propos de La Mort Subite, Pyramide etc. », Document d’archive, SAPA, Fonds Maurice Béjart. [↩]

Céline Gauthier, Lucas Serol, « Décentrer les savoirs : l’in-discipline des études en danse. Avant-propos »

Parmi les événements organisés par l’Atelier des doctorants, les journées « Fabrique de thèses » ont pour but de réunir de jeunes chercheur·se·s autour de questions d’ordre méthodologique afin de partager des expériences, des outils, des ressources, et plus largement des interrogations à même d’accompagner chacun·e dans son parcours doctoral.

Soraya Baccouche, « Se détacher de l’ethnocentrisme culturo-disciplinaire dans l’approche empirique d’un terrain dansé : scènes populaires contemporaines mahdoises (Tunisie) »

Au cours de ma thèse, j’ai développé l’expression de « danses d’Afrique du Nord à l’Asie du Sud-Ouest et hybridations » (ANASOH) afin de mieux rendre compte du monde dansé que j’investis : aussi bien dans ses réalités socio-historiques, sa diversité, ses dynamiques, que dans les multiples interactions à l’œuvre au sein de ces espaces géographiques et/ou en dehors.

Céline Gauthier, Lucas Serol, « Vulgariser les savoirs en danse ? Quelques considérations et pistes de réflexion sur la médiation scientifique »

Parmi les événements organisés par l’Atelier des doctorants, pensé comme un espace de rencontre et de discussion entre doctorants, mais aussi enseignants, praticiens et professionnels contribuant à l’élargissement du réseau des jeunes chercheurs en danse, les journées « Fabrique de thèses » ont pour vocation de poser des questions d’ordre méthodologique.

Céline Gauthier, Lucas Serol, « De la reconnaissance des parcours à la valorisation des savoirs : quelles places pour la vulgarisation et la médiation en danse ? » (table ronde)

La journée « Vulgarisation scientifique : rendre sa thèse accessible » s’est clôturée par une table ronde, afin de prolonger les questionnements partagés durant les différents temps de cette rencontre. Elle s’inscrivait par ailleurs dans une vive actualité, celle des interrogations – et des inquiétudes – de bon nombre de jeunes chercheurs quant aux devenirs de leurs recherches et à leur avenir professionnel, dans le contexte des études en danse.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search