Catégorie : À la une

Annaëlle Toussaere, « Subjectivité(s) en recherche : le passage à l’écriture. Retour d’immersion dans les “ Laboratoires ” du collectif “ Femmes de Crobatie  ” »

Actuellement en master Danse à l’université Paris 8, je poursuis ma recherche en études en danse, et m’intéresse à la question de la transmission dans les Laboratoires physiques de « Femmes de Crobatie », un collectif d’acrobates femmes qui développe la recherche en acrodanse en non-mixité de genre.

Arnaud Blondel, « “ Un état pas si humain ”. Décentrer et se désapproprier le discours sur la recherche »

Mener une recherche en danse en adoptant les pratiques somatiques comme outil et les sensations comme terrain entraîne les chercheur·ses dans une zone particulière : le terrain de recherche se situant dans le sensible, la production de discours doit donc se faire, sur le modèle phénoménologique, sur les et à partir des sensations.

Laurie Guin et Gabriela Acosta Bastidas, « Pour une interrogation à deux voix sur la recherche création. Parcours méthodologiques de “ Braises ” et “ Racines Flottantes ” »

Il s’agit d’un partage d’expériences de recherche-création entre deux doctorantes dont les démarches présentent des caractéristiques communes, articulant les sciences sociales en tant qu’objet d’études aux arts de la scène en tant que méthodologies.

Romain Bigé, « Devenir chercheuse-cobaye. La danse et les épistémologies situées »

La danse est un mauvais objet. Elle ne sait pas bien se tenir à distance. Tu as beau t’efforcer de la regarder en toute objectivité, la voilà qui te contamine de ses mouvementements. Elle constitue en ce sens un bon antidote à l’objectivisme et une bonne piste d’entrée dans les épistémologies situées développées dans le sillage des travaux de Donna J. Haraway et de Karen Barad.