Catégorie : 2020 / Création en recherche

Alice Godfroy, « En guise d’épilogue : quelques notes pour ne pas finir »

Qu’entend-on aujourd’hui par « recherche » ? Que vise l’idée de « création » ? Et que dire alors de la notion, plus ou moins piégeante, de « recherche-création » ? Cet atelier des doctorants a permis de faire émerger le visage pluriel des recherches, parmi les plus actuelles, se reconnaissant peu ou prou sous cette étiquette, et faisant effort pour se frayer un sens dans le périmètre de son indistinction. Ce monologue s’est laissé inspirer des mots des autres, de ce qu’ils disent et de ce qu’ils taisent. Plutôt que de synthétiser l’ensemble des contributions, il a choisi de venir habiter les questions de traverse et les angles critiques qui charpentent leurs interstices. Il n’y aura pas de (mots de la) fin : seulement l’effort de ne pas finir d’interroger ce que nous faisons. Communication enregistrée Biographie Alice Godfroy est docteure en littérature comparée et maîtresse de conférences en danse à l’université Côte d’Azur. Ses derniers travaux ont élaboré le concept d’une dansité de l’écriture poétique, en définissant le mouvement des textes à partir de l’expérience du corps dansant. Elle mène de front un parcours de danseuse et de pédagogue, tourné vers les pratiques expérimentales du mouvement. Membre junior...

Juan Carlos Lérida et Carolane Sanchez, « Regards croisés sur l’après-thèse : bilans et perspectives d’une collaboration en recherche-création »

Miradas cruzadas sobre la post-tesis : evaluaciones y perspectivas de una colaboración en investigación-creación Avant-propos par Carolane Sanchez – De la recherche à la création à la création en recherche ; c’est bien à travers cette circularité que s’est tissée toute ma recherche doctorale1, visant à penser – par la dynamique de l’enquête, de la relation, de la découverte et de l’action – les modalités d’élaboration d’un savoir qui prend son origine dans le corps. De 2015 à 2019, je me suis essayée à répondre à des questionnements ayant émergé durant ma pratique de la danse flamenco, à partir d’une posture d’étudiante, d’interprète, de chorégraphe, puis de pédagogue. Carolane Sanchez, 2019, « Ce qui fait flamenco : palimpseste d’une recherche-création avec Juan Carlos Lérida », thèse de doctorat de l’université de Bourgogne Franche-Comté, 19 novembre 2019. Thèse dirigée par Guy Freixe et Aurore Després. [↩]

Annaëlle Toussaere, « Subjectivité(s) en recherche : le passage à l’écriture. Retour d’immersion dans les “ Laboratoires ” du collectif “ Femmes de Crobatie  ” »

Actuellement en master Danse à l’université Paris 8, je poursuis ma recherche en études en danse, et m’intéresse à la question de la transmission dans les Laboratoires physiques de « Femmes de Crobatie », un collectif d’acrobates femmes qui développe la recherche en acrodanse en non-mixité de genre.

Marion Sage, « Sur les traces d’un cheval en résille. Enquêter, monter et fictionner à plusieurs voix »

Ce montage sonore part d’une histoire que je me remémore. C’est le souvenir de l’enquête menée sur les traces de la danseuse, cabarettiste, humoriste Julia Marcus (1905-2002). Cette recherche a commencé en 2010 à Berlin et s’est prolongée sous la forme d’une thèse en danse écrite entre Lille et Paris jusqu’en 2017.

Arnaud Blondel, « “ Un état pas si humain ”. Décentrer et se désapproprier le discours sur la recherche »

Mener une recherche en danse en adoptant les pratiques somatiques comme outil et les sensations comme terrain entraîne les chercheur·ses dans une zone particulière : le terrain de recherche se situant dans le sensible, la production de discours doit donc se faire, sur le modèle phénoménologique, sur les et à partir des sensations.

Laurie Guin et Gabriela Acosta Bastidas, « Pour une interrogation à deux voix sur la recherche création. Parcours méthodologiques de “ Braises ” et “ Racines Flottantes ” »

Il s’agit d’un partage d’expériences de recherche-création entre deux doctorantes dont les démarches présentent des caractéristiques communes, articulant les sciences sociales en tant qu’objet d’études aux arts de la scène en tant que méthodologies.

Romain Bigé, « Devenir chercheuse-cobaye. La danse et les épistémologies situées »

La danse est un mauvais objet. Elle ne sait pas bien se tenir à distance. Tu as beau t’efforcer de la regarder en toute objectivité, la voilà qui te contamine de ses mouvementements. Elle constitue en ce sens un bon antidote à l’objectivisme et une bonne piste d’entrée dans les épistémologies situées développées dans le sillage des travaux de Donna J. Haraway et de Karen Barad.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search